Par Santiago Follet

‘La guerre est la paix, la liberté l’esclavage, l’ignorance la force.’
George Orwell, 1984.

Cent ans après l’armistice qui annonça la fin de la Guerre Mondiale, Macron a organisé une rencontre avec plus de soixante dix leaders mondiaux parmi eux Trump, Merkel et Poutine. La cérémonie en hommage aux morts qui a eu lieu à l’arc de triomphe à Paris où Macron s’est fait accompagner de personnalités pas du tout pacifistes telles que Netanyahu et Erdogan prônait le « multilatéralisme » et le dialogue inter-extatique pour atteindre la paix.

Cependant, cette rencontre hypocrite n’a pas pu cacher les tensions géopolitiques. Macron en a profité pour se différencier de Trump en mettant en avant le patriotisme, qui l’a opposé au nationalisme dont il est sa trahison. Une rupture évidente qui n’est pas passée inaperçue tout au long de l’événement comparé à la précédente rencontre amicale il y a un an aux Champs Elysées. C’est ainsi que Trump ne fut pas présent avec les autres leaders à la parade d’hommage et ni au Forum de Paris pour la Paix, Putin lui aussi été absent.

Il y a un désaccord profond dans les termes politiques, économiques et militaires. Quelques jours plus tôt Macron proposait de créer une nouvelle armée de l’union européenne qui puisse assurer le bloque face à la Chine, la Russie et les Etats-Unis. L’initiative a été célébrée par Merkel lors de ses déclarations au Conseil de Sécurité Européen. Les jours suivants , la proposition de Macron était devenue un scandale à Washington. Donald Trump brandissait une menace à coups de tweet incendiaires contre Macron, demandant une contribution active des pays européens à l’armée de l’ OTAN, soutenuen principalement par les Etats Unis et aussi une porte d’accès aux marchés européens pour ses produits. Trump en a profité pour attaquer directement le président français en parlant de sa faible popularité ( 26% ) et de la hausse continue du chômage. À la sortie de la réunion des accords sur le climat à paris Trump a surenchéri en balançant le slogan en majuscules « Make France Great Again » en réponse au tweet de Macron « Make our plan great again ».

UNE AMBIANCE RÉACTIONNAIRE QUI PROFITE À LE PEN

D’un autre côté les déclarations de Trump font un clin d’oeil à la campagne de Marine Le Pen qui a dépassé Macron dans les intentions de vote pour les prochains élections européennes de 2019. Le timing a été parfait et en coïncidence avec l’anniversaire des attentats de Charlie Hebdo, une occasion dont s’est saisie la présidente du parti « le rassemblement National » pour déployer son discours islamophobe. Le Pen a en profité pour réorienter le débat géopolitique en faisant de la lutte contre «  le fondamentalisme islamiste »  le principal objectif stratégique de l’OTAN . Elle a aussi fait en sorte de conserver les mêmes membres actuels qui composent l’organisation .

Elle a aussi déclaré via Twitter que  » Le monde tourne le dos à la mondialisation sauvage. De ce fait les peuples et les Nations sont de retour. «  C’est le sens de l’histoire » Le Pen s’aligne parallèlement avec le « repli nationaliste » des outsiders de l’extrême droite mondiale qui accèdent au pouvoir tels que Trump et Bolsonaro.

Avec son discours d’apparence critique de la mondialisation et des politiques de l’Union Européenne, la candidate de l’extrême droite monte dans les intentions de vote face à l’impopularité du gouvernement de Macron. De plus les attaques permanentes envers les majorités populaires et le manque d’alternatives politiques paralysent les directions syndicales.

RESISTER FACE A LA MONTÉE DE L’EXTREME DROITE

Ce phénomène qui s’élargit au niveau mondial après l’arrivée de Donald Trump et ses  » imitateurs locaux  » représente un vrai danger, une régression et une attaque directe aux droits des travailleurs, des femmes, des noirs, de la communauté LGBT. Ce phénomène incarne aussi une menace aux droits démocratiques fondamentaux. C’est bien pour ça que nous, socialisme ou Barbarie Paris, nous sommes devenus participants actifs de la manifestation réalisée Place de la République à Paris pour condamner l’arrivée de Trump et dénoncer l’hypocrisie de ces actes de paix menés par des gouvernants responsables de guerres en permanence. Cette manifestation a rassemblé 1.500 personnes, elle fut organisé par plusieurs partis politiques, organisations et collectifs. Parmi eux des immigrants sans papiers, des groupes féministes, des associations américaines anti- Trump et des organisations de militants kurdes et palestiniens.

Même quand nous étions mobilisés contra Bolsonaro en solidarité avec le peuple brésilien, nous croyons profondément à la nécessité d’élargir un internationalisme qui puisse se construire sur la base des éléments dynamiques de la situation internationale, pour développer une résistance qui fasse barrière réelle à cette avancé réactionnaire. Une alternative anticapitaliste, antifasciste qui se veut être une alternative indépendante de classe pour les prochaines élections européennes et qui parie pour la résistance et la mobilisation face aux attaques du gouvernement de Macron, tout en étant solidaire avec les migrants , la classe ouvrière et en défendant les droits des femmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here