Par : Antonio Soler, SoB Brésil
Les manifestations de la grève de l’éducation nationale d’hier ont rassemblé des milliers de personnes à travers le pays et elles constituent jusqu’au présent les manifestations politiques les plus fortes contre le gouvernement Bolsonaro.
Les manifestations du 15 mai (qui ont été gigantesques dans certaines villes), avec des actes et des mobilisations ont eu lieu à travers le pays, dans environ 226 villes, dans 26 États et dans toutes les capitales.
A São Paulo, dès le matin les étonnantes manifestations d’écoles et d’universités privées se sont déroulées contre les coupes budgétaires et contre les déclarations du gouvernement contre les universités publiques, alors que cette ville a été la plus mobilisée ce 15M. La manifestation à São Paulo avait un caractère véritablement multiple : plus de 150.000 manifestants ont participé à l’acte sur Avenida Paulista. Parmi eux, la majorité était composée d’étudiants universitaires et de lycéens, mais également de professeurs, de chercheurs, d’employés et de proches des étudiants.
Outre São Paulo et Rio de Janeiro, d’autres grandes villes ont également connu de grandes manifestations: Belo Horizonte (MG), Belém (PA), Fortaleza (CE), Salvador (BA), Brasilia (DF) et Curitiba (PR). Manaus (AM) et Campinas (SP) ont eu la participation de dizaines de milliers de personnes, donnant au 15m un caractère véritablement national.
La grève nationale pour l’éducation, initialement appelée par la Confédération nationale des travailleurs de l’éducation (CNTE), semblait d’être à l’avance une typique manifestation de taille moyenne, avec peu d’impact politique sur la réalité. Cependant, les attaques réactionnaires contre les universités du ministre de l’Éducation, Abraham Weintraub, affirmant qu’elles sont engagées dans le « balbash », la réduction linéaire d’environ 30% de l’ensemble du financement fédéral de l’éducation ayant un impact sur l’enseignement, la recherche dans les universités et dans l’éducation de base, et finalement, les provocations de Bolsonaro, affirmant que les manifestants étaient des « idiots utiles » le jour de la manifestation, ont fini par provoquer la colère de la population.
La forte composante de 15 millions de jeunes et la composante massive des 15 millions de personnes pourraient indiquer l’émergence d’une nouvelle rébellion de jeunes à la fin de l’année 2019. En effet, malgré la victoire politique-électorale d’un gouvernement d’extrême droite avec des prétentions bonapartistes et des défaites partielles que nous avons subies récemment, il n’y a pas de défaite structurelle du mouvement, pas de défaite catégorique directe dans la lutte de classe qui permettrait au gouvernement de lancer des attaques sans une forte résistance.
Cette manifestation a sonné tous les signaux d’alarme au sein du gouvernement et de la classe dirigeante. Car, si elle se confirmait, la montée du mouvement de masse pourrait remettre en cause le processus de contre-réformes de la sécurité sociale qui compte déjà sur le rejet de la majorité de la population. Nous avons beaucoup à célébrer avec les manifestations d’hier, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions économiques définitives.
Le gouvernement a fait savoir qu’il ne reculerait pas facilement face à la première manifestation. Au contraire, il double le pari de sa politique réactionnaire. Hier, un décret présidentiel a habilité le secrétariat du gouvernement à évaluer les indications des hauts responsables des établissements de l’enseignement supérieur, c’est-à-dire que le gouvernement continue de parier sur des mesures autocratiques et régressives.
Ainsi, la continuité de cette vague d’étudiants associée à la mobilisation des secteurs plus larges de la classe ouvrière sera fondamentale pour surmonter les coupures dans les fonds de l’éducation, la contre-réforme de la sécurité sociale et toutes les mesures réactionnaires de ce gouvernement.
L’Union nationale des étudiants (UNE) promet une nouvelle manifestation pour le 30 mai prochain. Mais il doit être convoqué et, en fait, préparé à partir des bases d’étudiants, comme cela a été pratiquement spontané pour ces 15 millions de personnes. Si elle est organisée de cette manière, par la base, et si les centrales syndicales organisent réellement les travailleurs par la base de la grève générale du 14 juin, la prochaine manifestation contre les attaques de Bolsonaro sur l’éducation provoquera une vague qui pourrait faire échec à ce gouvernement ultra-réactionnaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here