60 ans après le massacre du 17 octobre 1961 des nombreuses organisations, comme le NPA, se sont mobilisées pour exiger la reconnaissance de ce crime d’Etat raciste contre la population algérienne.

Cette année, la conmémoration historique a eu lieu dans un contexte politique marqué par les intimidations du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin contre Philippe Poutou, le candidat du NPA aux présidentielles. Quelques jours auparavant, Poutou avait déclaré dans une émission de télé : « la police tue ». Ensuite, Darmanin a voulu porter plainte contre le candidat anticapitaliste pour défendre « l’honneur des policiers ».

Ce samedi 17 octobre, le NPA s’est mobilisé dans la rue, aux côtés des algériEns pour dire : « oui, la police tue ». L’Etat français et sa police tuent. Le crime raciste du 17 octobre 1961 démeure un exemple historique de la violence de cet Etat capitaliste et colonialiste, encore présent aujoud’hui chaque fois qu’un jeune de quartier populaire est assassiné aux mains de la police.

La mobilisation devra imposer que soit reconnu ce crime d’État. Pour en finir avec toutes les violences policières, racistes et d’Etat !

Cortège du NPA dans la manifestation parisienne à 60 ans du 17 octobre 1961.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here