Marie Solet
Militante de Las Rojas Paris et du NPA Jeunes Paris 8

Les femmes et les communautés LGBTQI+ sont, en premier lieu, celles qui subissent les violences structurelles du système capitaliste qui les marginalise et les délaisse dans la précarité et les violences quotidiennes. Nous pouvons voir que c’est à partir des conditions de vie des femmes qu’on peut faire une lecture des conditions de vie de l’ensemble de la population dans n’importe quel territoire. En Afghanistan, l’interventionnisme impérialiste a préparé le terrain aux plus dures conditions de vie pour les femmes, de même que pour le reste des pays qui subissent la guerre et la spoliation des pays « centraux » envers les plus « pauvres ».

Pour les révolutionnaires, prendre en main la lutte contre les violences faites aux femmes signifie en même temps lutter contre le système capitaliste, qui tire profit du racisme et la xénophobie d’un État qui nous laisse toujours les miettes, dans tous les sens du terme. Par une compréhension croissante des rapports d’oppression et de domination qui caractérisent le capitalisme, ces luttes contre les violences spécifiques ont ouvert la porte à se sensibiliser à toutes les violences qui s’exercent en raison du genre. Depuis quelques années, à l’international, elles rendent de plus en plus évidentes les spécificités des violences que subissent les personnes LGBTQI+, et pour cela nous sommes particulièrement fiers.ères de construire cette date.

20 novembre : Journée de Souvenir Trans. Pas de commémoration, plus d’organisation !

Comme le 25, le 20 novembre est ainsi également une date d’honneur pour le mouvement féministe et LGBTQI+, et le rappel que notre lutte constitue une seule et même force contre le capital et le patriarcat, piliers de cette société de classe qui organisent la précarité et la violence.

En France, nous appelons à nous méfier des clivages qui divisent cette lutte nécessaire. Nous avons besoin de dialoguer, et de ne pas céder aux amalgames les plus répandus qui nous font croire que les luttes doivent se mener séparément. Nous croyons le contraire. 

Plus que jamais nous tenons à l’importance d’organiser des rencontres féministes, comme des bases de réflexion et de mise en commun de l’expérience collective qui puisse nous approcher dans l’action et qui nous donnera une base de discussion développée pour que chacun.ne puisse établir ses positionnements en rapport aux enjeux féministes de notre époque.

Ce 20 novembre, mobilisons-nous partout en France pour toutes nos revendications. A Paris, la mobilisation partira à 14h de la Place de la République.

24 novembre : Réunion publique à l’université Paris 8. Pour une campagne féministe et révolutionnaire ! 

Ce 25 novembre, journée internationale contre toutes les formes de violence faites aux femmes, arrive dans une situation très inquiétante pour les femmes en France. Malgré toutes les vagues de manifestations et de visibilisation des violences, les chiffres sont encore alarmants. En 2021, plus de 100 femmes ont déjà été tuées par des féminicides. Face à cette situation, il existe un grand sentiment d’impuissance. Encore, l’injustice se pose sur les victimes qui osent dénoncer les violences. Macron et son gouvernement ont fait des déclarations pour s’acheter une bonne conscience mais nous ne voyons pas d’actions à la hauteur de la problématique pour améliorer la situation des femmes victimes. 

La meilleure façon de rendre hommage aux femmes et aux trans assassinées c’est d’organiser le mouvement et de continuer la bataille tous les jours dans la rue contre le patriarcat et le capitalisme, dont l’État est le seul responsable. D’où l’importance que nos demandes figurent dans l’agenda électoral lors des prochaines élections présidentielles, surtout dans un contexte marquée par la montée d’une extrême droite nauséabonde de plus en plus raciste et homophobe avec les discours réactionnaires de Zemmour, Le Pen et compagnie. 

Las Rojas est un collectif féministe socialiste révolutionnaire qui souhaite voir representées les demandes du mouvement féministe lors du débat politique national. Dans ce cadre, nous soutenons la campagne de Philippe Poutou, candidat du NPA, un camarade ouvrier qui défend un point de vue anticapitaliste et révolutionnaire, car pour nous la lutte contre le capitalisme et contre le patriarcat font partie du même combat contre l’ensemble du système.

A ce sujet, nous organiserons une prochaine réunion publique ce mercredi 24 novembre à l’université Paris 8 Saint-Denis pour débattre autour des perspectives du mouvement féministe et LGBTI à la lumière de la situation politique actuelle. 

Pour un mouvement des femmes et LGBTI fières et dans la rue !

Pour une alternative féministe et anticapitaliste ! Rejoignez-nous !

Contact (Instagram et Facebook) : Las Rojas Paris – NPA Jeunes Paris 8

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here