Le PSOL en danger !

L'exécutif national du PSOL approuve la création d'une fédération avec le parti capitaliste "vert" Rede Sustentabilidade. La base du parti doit se lever contre ce coup dur contre le caractère socialiste et l'indépedance de classe du PSOL.

0
6

Antonio Soler

Le 30 mars, l’exécutif national du PSOL, avec les votes en faveur du MES et l’abstention de Resistencia et Insurgencia, c’est à dire, la direction majoritaire, a approuvé la fédération du parti avec Rede Sustentabilidade. Ce vote, s’il est confirmé par le Directoire national du PSOL le 18 avril prochain, signifiera un saut qualitatif dans le processus de destruction de l’indépendance de classe du parti et dans sa démocratie interne. Cette situation exige de la gauche radicale un large appel à la mobilisation des bases du parti pour inverser ce processus.

Comme tout le monde le sait, la fédération des partis est apparue comme une mesure palliative à la clause barrière réactionnaire, selon laquelle si le parti n’obtient pas 2% des voix cette année, il perd le Fonds du parti et le temps d’antenne gratuit à la radio et à la télévision.  Cependant, la fédération à la conjoncture actuelle pourrait signifier un piège énorme si elle est exploitée de manière opportuniste, ce qui est exactement ce que la majorité de la direction du parti a fait avec le soutien direct du MES et a embarrassé Resistencia et Insurgencia.[1]

Pour Resistencia, le PSOL aurait commis une « erreur » en approuvant la fédération avec le Réseau et dit avoir eu une position « claire » au sein de l’exécutif du PSOL contre cette fédération. Mais les camarades n’ont même pas daigné expliquer pourquoi, si effectivement ils considèrent que cette fédération est une erreur, ils se sont abstenus au lieu de voter contre la proposition. Le problème est plus profond qu’une simple tactique « centriste » de la Résistance, car ce courant est passé à une variante possibiliste/campiste dans laquelle il semble que la frontière de classe ait disparu et soit au service, depuis son entrée dans le parti, de la liquidation de l’indépendance politique.

Comme d’autres courants du PSOL, ces camarades, qui défendent la ligne « Lula oui, Alckmin non », ne semblent pas considérer qu’entrer dans un large front avec la bourgeoisie signifie une rupture avec l’indépendance de classe, qu’entrer dans une alliance électorale de cette nature revient à désarmer complètement le parti pour présenter son propre profil aux élections. Et ce qui est encore plus grave, c’est que cette tactique désarme complètement pour la nécessité principale, qui est d’adopter une ligne claire de revendication et de dénonciation pour que Lula, le PT, la CUT et tous les appareils qui dirigent le mouvement de masse, impulsent la lutte directe contre Bolsonaro, la seule méthode sûre pour vaincre politiquement-électoralement le néo-fasciste et son mouvement. Nous avons bien là une rupture de principe et de stratégies de la part de la Résistance.

 

On ne peut pas défendre le parti en attaquant à son indépendance

Les camarades du MES, dans leur note pour justifier leur adhésion à la fédération avec Rede, répètent quelques explications, mais malheureusement ce n’est pas très convaincant venant de ceux qui se placent dans le camp du marxisme révolutionnaire. Ils disent que bien qu’ils défendent leur propre candidature au premier tour, le risque pour le PSOL est d’entrer dans le gouvernement Lula après 2023, et que la fédération est un problème tactique.[2] Selon le MES, une fédération avec le PT ne serait pas possible car elle nous placerait dans un projet de soutien au régime bourgeois. Avec Rede, le tableau est différent, puisque la corrélation des forces est favorable au PSOL, ils garantiraient un parti d’opposition au gouvernement du PT, et puisque Rede est un parti « petit-bourgeois », ils seraient alliés sur diverses questions par la gauche.

Nous ne pouvons être d’accord avec cette thèse. En premier lieu, il est évident que la question de la fédération est tactique, mais ils semblent traiter la question de cette manière pour enlever le poids politique de la décision qu’ils ont aidé la majorité de la direction du PSOL à prendre. Selon qui on recherche pour composer la fédération, le choix tactique affecte totalement notre stratégie. En premier lieu parce que, contrairement à ce qu’ils disent, Rede n’est pas simplement un parti petit-bourgeois, avec une aile progressiste qui serait des alliés pour certaines questions. Rede, sous tous les angles, est un parti bourgeois, dans son programme, ses méthodes, son financement et sa direction. Il vote des attaques terribles contre les travailleurs, comme la réforme des retraites, cette semaine, contre la carrière des enseignants de São Paulo, en 2016 en faveur de l’impeachment, qui a été décisif pour l’offensive réactionnaire de ces dernières années. Sans compter qu’ils sont financés par des partenaires de la banque Itaú.

Du point de vue de la stratégie consistant à rester politiquement indépendant, ce positionnement n’était pas seulement une erreur politique, mais il confirme pleinement le zig-zag politique commun au MES. De la même manière qu’ils ont soutenu Lava Jato, ils ont accepté le financement du capital et ont voulu entrer dans la liste de Baleia Rossi dans l’élection de la Chambre. Maintenant, nous avons le positionnement en faveur d’une fédération du parti avec Rede suspendant – pour le moins – totalement le caractère socialiste du PSOL et éloignant du parti ceux qui rompent ou ont déjà rompu avec le PT pour la gauche.

En plus de l’abandon total de l’indépendance politique, ce vote a été une plaque pleine organisationnelle pour la direction majoritaire, qui a pour décision la liquidation totale du PSOL en tant que parti indépendant des patrons et de la bureaucratie luliste. La fédération avec Rede donnera encore plus de poids politique à la majorité, en ce qui concerne la ligne politique, puisque les partis qui font partie de la fédération sont obligés d’avoir un alignement parlementaire. Ce qui va se passer, c’est qu’avec le poids de Rede dans la fédération – même s’il est minoritaire – la pression pour que notre politique soit plus à droite sera encore plus forte.

Ce fait est déjà évident dans les axes programmatiques présentés au public, dans lesquels il n’y a pas une seule référence à la lutte anticapitaliste, au socialisme ou même à des mesures qui peuvent réellement répondre aux besoins des travailleurs. Tous les axes passent par des politiques publiques que tout parti du centre (bourgeois) pourrait adopter. En d’autres termes, en plus de contribuer à restreindre davantage l’espace de la gauche socialiste au sein du PSOL, rendant impossible en son sein une véritable dispute interne avec le réformisme, le MES approuve dans ce paquet liquidationniste un programme commun qui suspend le socialisme et les mesures transitoires anticapitalistes pour au moins 4 ans.[3]

Ce que nous voyons dans le MES, Resistencia et Insurgencia, c’est une dilution totale des frontières politiques. De manière totalement opportuniste, ces courants, face à une situation de tension politique unique, comme la polarisation électorale entre Lula et Bolsonaro, et le risque du Seuil Électorale, collaborent directement à la dilution politique du PSOL. Mais ce qui se cache derrière ces préoccupations apparemment légitimes, c’est une faillite politico-stratégique, l’avidité sans classe d’élire plus de parlementaires et d’ouvrir un espace dans les appareils de l’État et des mouvements sociaux gérés par le lulisme.

La lutte pour la caisse du parti et pour le temps de télévision ne se fait pas en trahissant le projet initial du PSOL, d’un parti indépendant, mais avec des tactiques qui lui sont favorables. Une fédération de partis avec les partis de la gauche socialiste en dehors du PSOL serait parfaitement adaptée. Ces secteurs, bien que n’ayant pas de parlementaires élus, présentent une dynamique qui pourrait créer une synergie politique qui contaminerait des secteurs des masses, nous permettant d’avoir une tactique qui garantirait la « pleine légalité ». En outre, nous pourrions avoir, avec une fédération classiste, une candidature qui remplirait le rôle de dynamiser la mobilisation permanente pour vaincre Bolsonaro, et non l’entrée dans le front électoral bourgeois avec Lula-Alckmin, comme l’admettent raisonnablement les secteurs qui ont soutenu directement ou indirectement la fédération avec Rede.

Le vote de la fédération avec Rede dans l’exécutif national sera soumis à la Direction national (18 avril) et la tactique électorale à la Conférence électorale (30 avril). C’est-à-dire que le mois d’avril est un mois décisif pour le destin du PSOL, il est donc nécessaire d’exiger que ces décisions ne soient pas prises sans consulter la base du parti, comme cela a été fait à plusieurs reprises. Il est nécessaire d’exiger des directions le plus large débat dans tous les noyaux, sectoriels et instances de direction tant sur le sujet de la fédération que sur la tactique électorale. En ce sens, outre la position contre ces deux voies combinées de liquidation politique du PSOL en tant que parti indépendant, il est nécessaire de lutter pour l’approbation dans la Direction national d’une résolution qui garantisse que ces deux décisions soient prises dans une conférence avec des délégués directement élus dans la base.

 

Notes : 

[1] Lors du vote au sein de l’exécutif national (composé de 19 membres), il y a eu 12 voix pour – Primavera socialista (4 voix), Revoluçao solidaria (3 voix), Subverta (1 voix) et MES (4 voix) -, 4 contre – Fortalecer (2 voix), APS (1 voix) et Comuna (1 voix) – et 3 abstentions – Resistencia (2) et Insurgencia (1). Avec la lâche abstention de Résistance et de Insurgencia, un calcul très simple montre que sans le vote liquidateur du MES, la direction de la majorité (composée du PS, du RS, de Subverta, de Resistencia et de Insurgencia) n’aurait pas pu approuver cette fédération de partis avec Rede.

[2] Ils font l’historique des positions du PT en 2003 et 2013 et affirment que, surtout cette dernière année, le parti de Lula a joué le rôle de soutien du régime face à la rébellion étudiante. Il nous semble que le PT a joué un rôle de maintien du régime bien avant ces dates, mais le thème central ici n’est pas le PSOL et sa dynamique politique.

[3] Il s’agit d’une ligne politique qui, pour « saisir les opportunités » de dialogue avec certains secteurs, d’élection de parlementaires et de construction par la superstructure, ne respecte pas la ligne évidente de l’indépendance de classe, ce qui signifie évidemment la perte du caractère radical de cette organisation -ou de toute autre qui inflige systématiquement ce principe politique-.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici