Notes critiques sur le bilan du stalinisme (deuxième partie)

Les problèmes de l'objectivisme dans l'analyse de l'ex-URSS.

0
18

IV

LA CONTRE-RÉVOLUTION STALINIENNE ET LA MONTÉE DE L’ÉTAT BUREAUCRATIQUE

 

La catégorie de l’État ouvrier dégénéré a été dépassée par l’expérience historique ; la contre-révolution stalinienne a connu un saut qualitatif à la fin des années 1930, sapant ainsi les fondements sociaux de l’URSS ; les relations de propriété créées par la révolution ont donc été vidées de leur contenu réel, la classe ouvrière ayant perdu le pouvoir dans l’État. En revanche, un État bureaucratique a émergé qui, tout en maintenant formellement la « propriété socialiste » et en s’appropriant le prestige de la révolution d’octobre, a en réalité bloqué la transition vers le socialisme et a établi une forme d’appropriation du surplus de travail social hautement instable et historiquement non viable.

Dans cette section, nous aborderons les fondements théoriques et historiques de notre caractérisation du stalinisme comme une contre-révolution politico-sociale, en nous référant à la brillante analyse de Rakovsky, et nous terminerons par une brève explication de l’établissement d’un régime d’exploitation du travail en URSS. Il s’agit d’un sujet extrêmement complexe et multiforme, et nous recommandons l’étude des différentes élaborations de notre courant sur le sujet.

 

Rakovsky et la spécificité historique des sociétés en transition

En raison de leur dynamique de transformation, les phases transitoires combinent des éléments de l’ancien monde en désintégration avec l’émergence d’une nouvelle formation sociale, qui ne s’est pas encore cristallisée en un mode de production stable. Dans cette parenthèse historique, l’émergence d’hybrides sociaux-politiques est réalisable, qui, en tant que tels, ne rentrent pas dans les schémas des catégories homogènes ou finies, et, pour cette raison même, ne doivent pas être abordés à partir de conceptions théoriques schématiques ou supra-historiques.[1]

Dans le cas de la transition vers le socialisme, il y a une inversion de l’ordre des facteurs qui modifie le produit ; le politique conditionne significativement l’économique, c’est pourquoi l’Etat joue un rôle prépondérant dans la configuration de la société en devenir.

C’est la voie d’analyse que Rakovsky a mise en avant avec acuité pour interpréter la bureaucratisation en URSS, en établissant que le facteur décisif pour définir le caractère de l’Etat dans la transition était la classe qui exerçait effectivement le pouvoir ; un critère où les bases économico-sociales supposées – c’est-à-dire la nationalisation des moyens de production – occupent une place subordonnée à ce facteur politique, puisque l’accent est mis sur l’élément conscient de la classe ouvrière dans la conduite des affaires de l’Etat et la transition vers le socialisme. [2] En d’autres termes, les relations formelles de propriété dans un État ouvrier sont étayées par l’exercice effectif du pouvoir par la classe ouvrière, sinon la « propriété socialiste » devient une fiction juridique, comme sous le stalinisme.

Rakovsky avait l' »avantage » de ne pas être exilé d’URSS – bien qu’il ait été en exil dans des conditions épouvantables pendant de nombreuses années – et a donc pu apprécier de plus près que Trotski le processus de bureaucratisation et ses implications pour l’État (bien qu’il ait été moins perspicace sur la question internationale), formulant ce qu’il a appelé les « dangers professionnels du pouvoir » :

Je ne me réfère pas aux difficultés objectives qui émergent de la situation historique dans son ensemble (l’encerclement capitaliste à l’extérieur et la pression petite-bourgeoise à l’intérieur du pays), mais à celles qui sont propres à chaque classe dirigeante, comme résultat de la prise et de l’exercice du pouvoir lui-même, de la capacité ou de l’incapacité à l’utiliser.

Vous comprenez que ces difficultés continueraient à exister, dans une certaine mesure, même si le pays était composé exclusivement de masses prolétariennes, et qu’il n’y avait que des États ouvriers à l’extérieur. Ces difficultés pourraient être appelées « les risques professionnels » du pouvoir.

(…)Quand une classe s’empare du pouvoir, une section de celle-ci devient l’agent de ce pouvoir. C’est ainsi que naît la bureaucratie. Dans un État socialiste, dont les membres dirigeants du parti sont interdits d’accumulation capitaliste, cette différenciation commence par être fonctionnelle et devient rapidement sociale.

(…)L’unité et la cohésion, qui étaient autrefois la conséquence naturelle de la lutte révolutionnaire des classes, ne peuvent plus être préservées que par une série de mesures destinées à préserver l’équilibre entre les différents groupes de cette classe et du parti, en subordonnant ces groupes à la finalité fondamentale.[3]

Nous nous excusons de la longueur de la citation, mais en raison de sa richesse théorique et méthodologique, il nous a semblé nécessaire de la reproduire aussi complètement que possible. Si Trotski a fait une remarque profonde lorsqu’il a décrit le stalinisme comme « quelque chose de plus qu’une simple bureaucratie », Rakovski est allé plus loin lorsqu’il s’est interrogé sur les dangers du pouvoir dans les rangs de la classe victorieuse, en particulier à une époque où la lutte des classes recule. Il s’agissait d’un scénario inhabituel dans l’histoire ; jamais la classe ouvrière n’avait conservé le pouvoir aussi longtemps et, pour cette raison, il n’était pas possible d' »évaluer sur la base des faits les changements dans son état d’esprit » lorsqu’elle se retire de l’action politique au moment même où elle est la classe dirigeante d’un État.

Cette approche nouvelle de la société soviétique lui permet de percevoir plus facilement la transformation profonde « de l’anatomie et de la physiologie de la classe ouvrière » ; il note qu’un militant de 1917 « aurait eu du mal à se reconnaître dans la personne du militant de 1928 ». Cela a été expliqué en termes de quelque chose de très concret : la différenciation fonctionnelle entre un bureaucrate et un travailleur ordinaire, combinée à l’absence de mesures de contrôle démocratique par les larges masses ouvrières, peut potentiellement se cristalliser en « différenciations sociales similaires à celles qui séparent les différentes couches de la société ».

Je pense ici à la position sociale d’un communiste qui a à sa disposition une voiture, un bon appartement, des vacances régulières et qui reçoit le salaire maximum autorisé par le Parti ; une position qui diffère de celle du communiste qui travaille dans les mines de charbon et reçoit un salaire de 50 ou 60 roubles par mois. En ce qui concerne les ouvriers et les employés, vous savez qu’ils sont divisés en dix-huit catégories différentes…[4].

Pour Rakovski, la bureaucratie des Soviets et du Parti constituait un nouvel ordre et, par conséquent, les scandales de corruption ou les excès de certains dirigeants ne pouvaient être considérés comme des cas isolés, mais comme les caractéristiques d’une nouvelle catégorie sociale, qui méritait une étude spécifique.

Il a également souligné qu’aucune classe ne venait au monde « en possession de l’art de l’État », car il s’agissait d’une compétence acquise uniquement par l’expérience, ce qui représentait un énorme défi pour la classe ouvrière – notamment en raison de son faible niveau culturel par rapport à la bourgeoisie ou à d’autres classes devenues dominantes – car cela pouvait conduire à un découplage de l’exercice réel du pouvoir des relations de propriété légalement instituées :

Aucune constitution soviétique, aussi idéale soit-elle, ne peut assurer à la classe ouvrière l’exercice sans entrave de sa dictature et de son contrôle gouvernemental, si le prolétariat ne sait pas faire usage des droits qui lui sont accordés par cette constitution.

Le manque d’harmonie entre la capacité politique et l’habileté administrative d’une classe donnée et la forme juridico-constitutionnelle qu’elle établit à son usage après avoir conquis le pouvoir, est un fait historique vérifiable dans l’évolution de toutes les classes…[5].

Ces lignes résument une approche très concrète et dialectique de l’URSS ; elles rendent compte sur le plan théorique d’une formation sociale aussi particulière dans le développement historique universel, qui ne ressemblait à aucune autre et, par conséquent, ne s’inscrivait pas dans les schémas classiques des sociétés fondées sur un mode de production stable.

Rakovski s’est intéressé de plus près au processus de bureaucratisation en URSS ; il a rapidement saisi les implications sociales du virage ultra-gauchiste de Staline à la fin des années 1920, caractérisant la collectivisation forcée des campagnes et l’industrialisation accélérée comme des mesures renforçant « l’armée des bureaucrates » et non la transition vers le socialisme. Sur cette base, des années plus tard, il conclut que l’URSS est passée d’un « État prolétarien avec des déformations bureaucratiques » – comme l’appelait Lénine – à un « État bureaucratique avec des survivances communistes prolétariennes », au sein duquel s’est formée « une grande classe de dirigeants », dont le point d’union était de contrôler l’État comme une propriété privée. [6]

En définitive, l’approche de Rakovski était plus appropriée pour comprendre la spécificité de la contre-révolution stalinienne et ses conséquences sur la structure sociale de l’URSS. Son analyse se caractérise par la visualisation de la politique et de l’économie comme un tout dans le cadre d’un État ouvrier en transition vers le socialisme.

 

Une contre-révolution socio-politique

Pour Trotski, la bureaucratie était une caste socialement privilégiée, qu’il comparait à un « parasite maraudeur » dans la sphère de la distribution. En la situant comme un facteur extérieur à la production et à la planification économique, il limitait son champ d’action au plan superstructurel et concluait par conséquent qu’elle ne modifiait pas les fondements sociaux de l’URSS en tant qu’État ouvrier, puisque, malgré les déformations introduites par le stalinisme, les rapports de propriété nés après la révolution persistaient.

Il dissociait ainsi l’infrastructure économique de la superstructure politique, c’est pourquoi il supposait que le stalinisme était un régime bureaucratique à la tête d’un État ouvrier et, sur la base de cette définition, il soutenait qu’en URSS, une révolution politique serait nécessaire pour chasser la bureaucratie du pouvoir, tout en maintenant les relations de propriété déjà établies. En d’autres termes, il considérait que le stalinisme incarnait une contre-révolution politique qui, bien qu’ayant des implications négatives sur les conditions de vie des masses ouvrières et paysannes, ne changeait pas la structure sociale de l’État.

Selon nous, cette approche est erronée, car elle assimile une formation sociale où le capitalisme a été exproprié au fonctionnement d’une société capitaliste. Dans ce dernier, il y a une reproduction automatique de l’économie et, de ce fait, il est possible pour l’État bourgeois de prendre une grande variété de formes politiques – monarchie constitutionnelle, démocratie bourgeoise, dictature militaire, fascisme, bonapartisme, etc… – sans perdre son caractère de classe, même lorsqu’une faction bourgeoise n’est pas à la tête du gouvernement.

Au contraire, dans une société où la bourgeoisie a été expropriée pour aller vers le socialisme, il n’y a pas de place pour une indépendance relative entre la base économique et les formes de l’Etat – du moins telles qu’elles s’expriment sous le capitalisme – car ce dernier est déterminant dans la structuration des nouveaux rapports de production et, de ce fait, il est indispensable que la classe ouvrière exerce effectivement le pouvoir pour garantir une planification au service de la transition socialiste. Par conséquent, la démocratie ouvrière n’est pas simplement une variante d’un régime au sein d’un État ouvrier, mais, au contraire, elle est un pilier fondamental pour lui donner ce contenu social.

Compte tenu de ce qui précède, nous soutenons que le stalinisme a représenté une contre-révolution sociopolitique, dont le résultat a été l’expropriation du pouvoir de la classe ouvrière en URSS, aboutissant à un État bureaucratique qu’elle a géré comme sa propriété privée, comme l’a souligné Rakovski.

Cela explique le culte de l’étatisme de la bureaucratie soviétique, qui, selon Robert Tucker – le célèbre biographe de Staline – était l’un de ses principaux traits contre-révolutionnaires, car il expliquait l’importance de l’appareil répressif pour imposer sa « révolution d’en haut ». De même, Moshe Lewin – le grand historien social de l’URSS – a caractérisé l’étatisme stalinien comme une rupture avec le léninisme, car il impliquait le renoncement à la transition vers le socialisme – et à la dissolution de l’État – telle qu’elle était comprise par Marx, Engels et Lénine ; désormais, l’objectif était dans la direction opposée : établir un État dictatorial pour préserver les divisions sociales et les privilèges créés pendant la phase d’industrialisation forcée [7].

Par exemple, le taux d’accumulation s’est fait au détriment des conditions de vie de la classe ouvrière, puisque la plus-value sociale a été obtenue par l’extension quantitative de la force de travail et la réduction brutale des salaires réels. Ainsi, alors qu’en 1925 le salaire réel moyen était de 48,25 roubles, il n’était plus que de 28,25 roubles en 1937 (63,6 % du salaire moyen avant la Première Guerre mondiale). En conséquence, les conditions de vie des familles ouvrières se dégradent considérablement, car elles consacrent l’essentiel de leurs revenus à l’alimentation : les dépenses en produits alimentaires de base pour une famille de quatre personnes passent de 51 % du salaire en 1929 à 87 % en 1937[8].

Cela explique également le plein emploi en URSS – et dans les pays du bloc soviétique – qui n’était pas une conséquence d’un quelconque « principe socialiste » ; au contraire, il trouvait son origine dans la nécessité de maximiser la plus-value sociale, qui, à son tour, était sous le contrôle direct de la bureaucratie et était la source de ses privilèges, de sorte qu’un travailleur sans emploi était un gaspillage dans l’intérêt de la bureaucratie.

Comment l’expliquer ? La gestion bureaucratique de l’économie était fondée sur l’exploitation absolue du travail, dont l’objectif était d’accumuler le surplus de travail par des méthodes coercitives telles que le despotisme d’usine, le stakhanovisme, l’allongement de la durée du travail, entre autres. Cela suffisait pour que la production collective génère un produit supérieur à la masse salariale nécessaire à la reproduction des travailleurs, mais cela bloquait le développement de l’innovation technique pour améliorer l’exploitation relative en augmentant la productivité du travail, chose impossible à réaliser en l’absence de contrôle démocratique de la classe ouvrière sur la gestion économique [9].

En outre, la bureaucratie soviétique a « planifié » l’économie en fonction de ses intérêts en tant que couche sociale privilégiée et, par conséquent, au détriment du niveau de vie de la classe ouvrière, en accordant une priorité exagérée à l’industrie lourde (secteur I) au détriment de la production de biens de consommation et de l’agriculture (secteur II), indispensables pour élever les conditions matérielles d’existence des masses d’ouvriers et de paysans. Il s’agit d’une caractéristique constante, qui se vérifie par la disproportion croissante entre les secteurs I et II au fil des ans : en 1928, le secteur I représentait 39,5% de la production et le II 60,5% ; en 1940, le secteur I, 61,2% et le II, 38,8% ; en 1965, le secteur I, 74,1% et le II 25,9% ; et en 1973, le secteur I, 73,7% et le II, 26,3%. [10] Ainsi, la bureaucratie stalinienne a guidé une planification dont l’axe était d’accumuler en tant qu’État, en renforçant l’industrie lourde, les moyens de production et l’armée, mais elle l’a fait au prix du sacrifice de la production – en quantité et en qualité – de denrées alimentaires et de biens de consommation de base. Pour cette raison, la pénurie de biens de consommation de base en URSS n’était pas seulement une conséquence du sous-développement des forces productives ; c’était aussi une conséquence de la planification bureaucratique qui tournait le dos aux intérêts réels de la classe ouvrière.

En bref, le stalinisme n’était pas une contre-révolution confinée au régime politique, comme l’appréciait Trotski à l’époque (même s’il insistait sur son caractère régressif et le danger qu’il représentait pour les acquis révolutionnaires). La « révolution d’en haut » de Staline était une contre-révolution socio-politique vers le bas ; elle représentait une diminution des rations alimentaires et une augmentation de l’exploitation absolue de la classe ouvrière, entraînant une détérioration dramatique de ses conditions de vie. Cette exploitation était combinée à d’autres formes d’exploitation, telles que celle subie par la paysannerie dans les Kolkhozes ou les prisonniers dans les camps de travail forcé.

Il s’agissait d’un processus graduel qui, de plus, était revêtu de la formalité institutionnelle créée par la révolution, rendant extrêmement complexe la perception en temps réel de ses implications profondes ; il était donc impossible pour Trotski d’arriver à une définition autre que celle de l’État ouvrier déformé de l’époque. La distance historique nous permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble, à partir de laquelle nous concluons que le processus de bureaucratisation a liquidé le caractère ouvrier de l’URSS et, à sa place, a établi un État en fonction de l’accumulation bureaucratique, avec le blocage consécutif de la transition vers le socialisme initialement prévue par les bolcheviks dans la révolution.

La contre-révolution stalinienne ne s’est pas immédiatement transformée en restauration capitaliste – bien qu’elle lui ait finalement ouvert la voie – et, tout en maintenant formellement les relations de propriété qui avaient émergé de la révolution, elle les a en fait vidées de leur contenu en expropriant la classe ouvrière du pouvoir effectif sur l’État, contrôlant ainsi la richesse nationale comme s’il s’agissait de sa propriété privée.

Peut-on qualifier le stalinisme de contre-révolution socio-politique s’il n’a pas conduit immédiatement à la restauration du capitalisme ? Bien sûr que oui. L’essence de la contre-révolution est d’établir un ordre contraire à celui issu de la révolution, qui cède généralement la place à quelque chose de nouveau et d’inédit ; ce ne sont pas des processus symétriques, c’est-à-dire qu’une contre-révolution n’est pas une révolution à l’envers [ 11]. Il est donc faux de limiter la consommation de la contre-révolution à la restauration bourgeoise ; son point central était de détruire l’action collective de la classe ouvrière soviétique et de la dépouiller des attributs du pouvoir.

Pour y parvenir, le stalinisme a mené une guerre civile contre-révolutionnaire contre les secteurs exploités et opprimés, au moyen de laquelle il a imposé la collectivisation forcée dans les campagnes à un coût très élevé en vies humaines – tant par la répression directe que par la famine qui s’en est suivie et que cette mesure bureaucratique a déclenchée, a massacré deux millions de personnes lors de la « Grande Terreur » – y compris l’avant-garde de l’opposition de gauche et la vieille garde bolchevique – a rendu les conditions de vie de la classe ouvrière plus précaires avec la surexploitation afin d’imposer une industrialisation accélérée, et a instauré un climat de persécution policière dans la société soviétique. [12]. En même temps, la bureaucratie soviétique est devenue un « organisateur de défaites » pour la classe ouvrière internationale, ce qui a facilité sa stabilisation en tant que couche dirigeante en URSS en approfondissant l’isolement du prolétariat soviétique.

Ainsi, la contre-révolution bureaucratique s’est appuyée sur une double défaite de la classe ouvrière : d’une part, elle a atomisé le prolétariat soviétique par divers moyens, comme la répression physique, sa reconfiguration interne avec l’incorporation massive de paysans sans traditions de lutte collective, a affaibli sa cohésion interne par le stakhanovisme et le travail de choc, etc. D’autre part, elle a été renforcée par les échecs du mouvement ouvrier international, en particulier par la défaite historique du prolétariat allemand – le plus important du monde à l’époque – après l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933, en grande partie à cause de l’orientation désastreuse du sabotage du front uni antifasciste parmi la base de la classe ouvrière communiste et sociale-démocrate.

 

V

CONCLUSION

 

Tout au long de La Révolution trahie, Trotski a analysé l’URSS comme une formation sociale sans précédent et, de ce fait, a refusé de faire des définitions sociologiques fermées ; au contraire, il a insisté sur le fait que sa nature sociale était soumise aux développements de la lutte des classes. Les conclusions qu’il présente sont provisoires, ce qui est compréhensible dans le cas du phénomène extrêmement complexe de la bureaucratisation du premier État ouvrier de l’histoire, pour lequel l’échafaudage théorique du marxisme révolutionnaire n’avait jusqu’alors aucun outil d’interprétation.

Pour cette raison même, la valeur principale de cet ouvrage réside dans sa richesse théorico-méthodologique, où Trotski a exposé le meilleur de son raisonnement dialectique pour interpréter le stalinisme en dehors de tout schématisme théorique.

Néanmoins, il a commis une erreur en plaçant la bureaucratie uniquement dans la sphère de la distribution, en la considérant comme un facteur extérieur à la production et à la planification économiques. Cela devient un « angle mort » lorsqu’il s’agit de mesurer les transformations sociales en URSS et, par conséquent, il a tendance à privilégier les relations de propriété créées par la révolution lorsqu’il la caractérise comme un État ouvrier déformé. Cette approche est approfondie dans le débat contre les anti-défenseurs, notamment au sein de la Quatrième Internationale, ce qui rend la lutte encore plus tendue et, dans ce contexte, Trotski « plie le bâton » vers des critères objectifs.

Mais, nous insistons, dans son cas, il s’agissait d’une erreur relative, étant donné qu’il s’agissait d’une définition ouverte et en temps réel d’un phénomène sans précédent, de sorte qu’il était très prudent de ne pas renoncer pour de bon à une révolution sociale de dimensions historiques ; en outre, cette caractérisation était subordonnée à ce qui s’est passé dans la Seconde Guerre mondiale et à l’effondrement inévitable du stalinisme. Malheureusement, son assassinat par un agent stalinien en 1940 l’a empêché de réviser ses pronostics et analyses du processus de bureaucratisation et de ses répercussions sur la nature sociale de l’URSS.

Tout autre fut l’action de la plupart des courants trotskystes qui, après la mort de Trotski, ont doctrinalement reproduit ses définitions, caractérisant l’URSS comme un « État ouvrier dégénéré » jusqu’à son effondrement en 1991 et, pire encore, ont abusivement étendu cette caractérisation aux États du Glacis qui ont émergé dans le second après-guerre après l’occupation stalinienne. Ainsi, la formulation dialectique développée par Trotski pour comprendre la spécificité de l’URSS est devenue une catégorie logique pour étiqueter tous les cas où le capitalisme a été exproprié dans la seconde moitié du 20ème siècle, même si la classe ouvrière était absente en tant que sujet social de ces processus.

Pour cette raison, l’objectivisme s’est fortement enraciné dans le mouvement trotskyste ; la centralité de la classe ouvrière dans l’interprétation du caractère social des révolutions a été mise de côté et, par conséquent, la nationalisation des moyens de production est devenue la condition déterminante pour définir un État comme « ouvrier », même si la classe ouvrière n’avait aucun pouvoir effectif. Par exemple, Ernest Mandel – l’un des principaux dirigeants trotskystes de l’après-guerre – a poussé l’objectivisme à l’extrême, car, tout en reconnaissant que le prolétariat n’exerçait aucun pouvoir en URSS, il a insisté pour la qualifier d’État ouvrier dégénéré par des critères théoriques détachés de la réalité concrète :

Évidemment, pour le simple bon sens, il est absurde de dire qu’il y a une dictature du prolétariat en Union soviétique, puisque l’écrasante majorité du prolétariat n’exerce, non seulement aucune dictature, mais même aucun pouvoir. Et si la « dictature du prolétariat » est assimilée et interprétée comme « le pouvoir direct de la classe ouvrière », alors nous disons qu’elle n’existe pas. Évidemment, pour nous, elle n’existe que dans le sens premier, dérivé, indirect, socio-théorique du terme, c’est tout.[13]

Cette citation date de la fin des années soixante-dix du 20e siècle, mais les approches objectivistes persistent parmi la plupart des courants trotskystes d’aujourd’hui, qui abordent la catégorie de l’État ouvrier dégénéré de Trotski d’une manière formelle et statique, refusant de faire le point à partir de l’expérience historique.

Dans notre courant, nous sommes d’un avis contraire, et bien que nous revendiquions l’héritage théorico-politique de Trotski, cela ne signifie pas que nous renoncions à penser le monde par nos propres moyens (en nous appuyant sur l’énorme richesse théorique du marxisme révolutionnaire). La longévité et l’extension du modèle stalinien à d’autres pays du monde ont montré la nécessité de réviser et d’actualiser les analyses de Trotski sur la bureaucratisation de l’URSS, en particulier sa catégorie de l' »État ouvrier dégénéré », qui a été dépassée par l’expérience historique.

Grâce à cette révision, nous avons redécouvert les brillants écrits de Rakovski, qui a esquissé une caractérisation plus précise de l’impact de la bureaucratisation sur la structure sociopolitique de l’URSS, car il a su saisir avec précision la spécificité de la période de transition de 1917 après l’expropriation de la bourgeoisie, où, contrairement aux sociétés capitalistes, l’État a joué un rôle décisif dans la structuration des nouveaux rapports de production.

Pour cette raison, nous caractérisons le stalinisme comme l’expropriation de la classe ouvrière du pouvoir effectif en URSS et, en revanche, comme l’érection d’un État bureaucratique, fondé sur des relations de production instables et sans viabilité historique à long terme, où la classe ouvrière a été soumise à de nouvelles formes d’exploitation au nom de l’accumulation bureaucratique et non dans la perspective de la transition vers le socialisme. Finalement, l’URSS s’est effondrée – et avec elle les États de l´Europe de l´Est – laissant place à la restauration capitaliste.

L’évaluation globale du stalinisme n’est pas un exercice « académique » ou abstrait ; au contraire, c’est une tâche fondamentale pour la relance du socialisme révolutionnaire au XXIe siècle. D’un point de vue stratégique, il est nécessaire de préparer théoriquement et politiquement les nouvelles générations militantes aux révolutions du futur, qui ne seront pas exemptes de pressions vers la bureaucratisation (ou les « dangers professionnels du pouvoir » selon les mots de Rakovski). Il est également vital de surmonter les terribles déformations contractées par la pratique stalinienne au sein de la gauche et du mouvement ouvrier, qui n’ont pas entièrement disparu après la chute du mur de Berlin. Enfin, elle est indispensable pour comprendre les dégâts durables causés par la contre-révolution stalinienne dans l’ex-URSS et les pays d’Europe de l’Est, sans lesquels il est difficile de se situer politiquement dans cette région du monde, l’une des plus importantes d’un point de vue géopolitique, puisqu’elle constitue une zone de rencontre entre l’Europe et l’Asie[14].

 

Références

[1] Luis Paredes, « Las ‘Cartas de Astrakán’ de Christian Rakovsky », Socialismo o Barbarie n° 21 (2007), 187.

[2] Idem. 187-188.

[3]Christian Rakovsky, Les dangers professionnels du pouvoir, sur https://www.marxists.org/espanol/rakovski/1928/08-1928.htm (consulté le 29 décembre 2021).

[4] Idem.

[5] Idem.

[6]Kowalewski, Comment les relations d’exploitation se sont formées et ont fonctionné dans le bloc soviétique, sur https://vientosur.info/como-se-formaron-y-funcionaron-las-relaciones-de-explotacion-en-el-bloque-sovietico/  (consulté le 15 décembre 2021).

[7]Kowalewski, Comment les relations d’exploitation se sont formées et ont fonctionné dans le bloc soviétique, sur https://vientosur.info/como-se-formaron-y-funcionaron-las-relaciones-de-explotacion-en-el-bloque-sovietico/  (consulté le 15 décembre 2021).

[8] Idem.

[9] Idem. En fin de compte, cela a conduit à la stagnation économique de l’URSS, dont la structure productive est devenue conservatrice, dépourvue d’innovation et criblée d’irrationalités. Kowalewski précise que le véritable « talon d’Achille » de l’économie de type soviétique était l’incapacité à garantir les approvisionnements nécessaires au fonctionnement des entreprises dans le cadre du plan. Cela a conduit à une « arythmie » dans le processus de travail ; certains mois, la production a diminué – entre 15 et 25 % – tandis que d’autres mois, le rythme de travail a été brutalement intensifié – suppression des vacances ou des jours de congé, allongement de la journée de travail – afin d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement d’en haut et sans lien avec les capacités de production réelles des entreprises. C’est pourquoi de nombreux produits fabriqués pendant ces mois de travail intense étaient défectueux en raison de l’absence de contrôle de la qualité, un aspect très sensible lorsqu’il s’agit d’outils et d’autres intrants destinés à d’autres industries. Face à cette situation, la direction de chaque entreprise s’efforçait d’avoir plus de travailleurs sur ses effectifs, même si une grande partie d’entre eux n’avaient pas de tâches qui leur étaient assignées pendant plusieurs mois, mais ils étaient utiles quand il fallait se dépêcher d’atteindre les objectifs, ou pour affecter un atelier interne à la réparation de pièces défectueuses envoyées par d’autres entreprises : en 1977, en Allemagne de l’Est, 17% des travailleurs industriels étaient engagés dans la réparation de pièces défectueuses.

[10]Roberto Sáenz, « La acumulación socialista y la catástrofe stalinista », https://izquierdaweb.com/4-la-acumulacion-socialista-y-la-catastrofe-stalinista/ (Consulté le 05/01/2022).

[11] Daniel Bensaid, « Communisme et stalinisme. Une réponse au livre noir du communisme », sur https://www.marxists.org/espanol/bensaid/1997/001.htm (consulté le 06/01/2022).

[12] Roberto Sáenz, Deutscherisme et stalinisme, sur http://izquierdaweb.cr/teoria/deutscherismo-y-estalinismo/  (consulté le 14 avril 2022).

[13] Ernest Mandel et Denis Berger, « Sobre la naturaleza de la URSS », La naturaleza de la URSS (Editorial Fontamara : Barcelone, 1978), 59. Il est important de préciser que, dans les années 1990, Mandel a reconsidéré ses positions sur l’ex-URSS dans son livre Le pouvoir et l´argent, où il a modifié son analyse après la chute des États staliniens. D’autre part, Nahuel Moreno – un autre grand dirigeant trotskyste de l’après-guerre – a également contré l’objectivisme, en affirmant que s’il n’y avait pas de démocratie ouvrière dans les États sous domination stalinienne, il y avait une « démocratie des nerfs et des muscles ».

[13] Par exemple, la guerre en Ukraine a remis sur le devant de la scène l’équilibre du stalinisme dans la région. D’une part, Poutine a attaqué Lénine pour avoir défendu le droit à l’autodétermination des nations, l’accusant d’avoir créé fictivement l’Ukraine en tant que république. D’autre part, d’un point de vue historique, on ne peut pas comprendre le développement du fascisme en Ukraine sans se référer aux crimes contre l’humanité commis par le stalinisme dans ce pays, en particulier la terrible famine qui a coûté la vie à des millions de personnes au début des années 1930 et qui a favorisé le développement de secteurs anticommunistes et russophobes qui persistent encore aujourd’hui.

 

Bibliographie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici