A bas l’austérité et vive la grève !

La mobilisation de la rentrée sociale face aux contre-réformes du gouvernement Macron s’est illustrée par une journée de grève interprofessionnelle ce jeudi 29 septembre sur l’ensemble du territoire français. Alors que l’Etat bourgeois assène ses attaques de toutes parts : contre-réforme des retraites et de l’assurance chômage, absence de politique écologique etc. les travailleurs, retraités, privés d’emploi, étudiants et lycéens organisent la riposte.

0
31
Hans Lucas, Rochefort.

Pour défendre les retraites et augmenter les salaires, une journée de grève nationale interprofessionnelle avait lieu le jeudi 29 septembre. Plusieurs syndicats sont à l’origine de cette appel : la CGT (Confédération Générale du travail), la FSU (Fédération Syndicale Unitaire), Solidaires et des organisations de jeunesse. Cette mobilisation a rassemblé 40 000 manifestant.e.s à Paris selon les organisateurs, 4 500 à Nantes, plusieurs milliers à Marseille, 1 000 à Saint-Denis de La Réunion. Dans le secteur de l’agro-alimentaire, le taux de grévistes a oscillé entre 30 et 100%, soit 50 000 grévistes. Ils étaient 30 % dans l’enseignement.

Dans un contexte de précarisation constante de notre classe, de grèves au Royaume-Unis et de politique d’austérité, il faut maintenant intensifier le mouvement.
Les salaires doivent au moins être indexés sur l’inflation. Exigeons que pas une seule pension de retraite, pas un seul salaire, ne soit en dessous de 2000€ net par mois. Il y a un an, le gouvernement Macron avait octroyé royalement un chèque inflation de 100 balles (sans le Mars !) aux personnes en dessous de 2000€. C’est donc bien le montant minimum nécessaire pour maintenir la tête hors de l’eau dans cette vague inflationniste. Les carburants, le gaz, l’électricité vont atteindre des sommets. Pourtant les entreprises qui les produisent ne sont pas à la diète. EDF a recouru à des consultants en communication pour brasser de l’air qu’elle a payé en tout 34 millions, selon le Parquet National Financier. Et la guerre Ukraine n’est qu’un prétexte à la spéculation, qui concerne même l’alimentaire alors que les gens crèvent de faim au Yémen.

 

La contre-réforme des retraites, un détournement de fond

Pour passer sa contre-réforme des retraites, Macron a prévenu qu’il enverra l’artillerie lourde. Il veut brutaliser la démocratie bourgeoise à coup d’article 49.3 s’il ne parvient pas à avoir la majorité au parlement. C’est une illustration édifiante de sa vision du débat démocratique.

Pourtant, rien ne justifie de passer l’âge de la retraite à 65 ans minimum. L’espérance de vie en bonne santé n’a pas progressée, et les comptes des retraites sont actuellement excédentaires. Un excédent de 900 millions d’euros est comptabilisé pour 2021 et un autre de 3,2 milliards se profile pour 2022, selon le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR).

Mais alors pourquoi radiner sur les pensions de retraites ? C’est que la police et l’armée, ça coûte cher ! Alors que ces deux budgets augmentent, 3 milliards d’euros par an pour l’armée, les services publics sont en déliquescence. Le secteur de la santé est privatisé à marche forcée, la qualité de l’enseignement est abandonnée au profit des économies de bout de chandelles. Le directeur de l’Université de Strasbourg veut par exemple fermer les locaux deux semaines de plus cet hiver pour économiser le chauffage. Il préfère que les étudiant.e.s restent à se cailler dans leur chambre du CROUS.

Les entreprises qui tirent profit des marges générées par le budget grandissant pour l’armée, comme Thalès dans le secteur de la « la défense et de la sécurité » ne pratiquent pas pour autant le « ruissellement ». Alors que cette entreprise fait 31% de bénéfices de plus en un an, ses salarié.e.s font grève pour réclamer simplement que leurs salaires suivent l’inflation.

 

Superprofits sur base de la misère, c’est totalement incohérent

Les raffineurs de TotalEnergies ont ouvert le bal des mobilisations le 24 juin et le 28 juillet. Ils se sont remis en grève pour de meilleurs salaires et pour la création d’emploi avant le 29 septembre et ont stoppé le fonctionnement de la plus grande raffinerie de France en Normandie pour au moins dix jours. Bien d’autres raffineries et dépôts sont à l’arrêt. Les travailleurs de la pétrochimie ont raison de se mobiliser car ils n’ont pas vu la couleur des 5,6 milliards d’euros de bénéfices nets réalisés au second trimestre 2022 par TotalEnergies. Le chiffre donne le tournis ; en un an le groupe pétrolier a doublé ses bénéfices. Début juillet les salariés de Storengy ont aussi bloqué plusieurs installations pour les augmentations de salaires. Ceux d’ExxonMobil reconduisent la grève ce 3 octobre à Gravenchon – Port-Jérôme-sur-Seine pour entamer leur troisième semaine de mobilisation.

En Seine-Saint-Denis, ce sont 500 travailleurs d’Eiffage Construction qui se sont mis en grève et qui ont bloqué le chantier du village olympique le 29 septembre. Ils dénoncent les accidents graves et mortels qui surviennent dans les chantiers qui gravitent autour des JO 2024 ainsi que leurs conditions de travail, leurs salaires bien trop bas.

Augmenter les salaires, virer les actionnaires

Tant que l’économie capitaliste sera dominante, nous subirons les politiques d’austérité, de casse sociale et de répression pour faire passer le tout. Le renversement de ce système inégalitaire par essence est indispensable pour répartir les richesses créées par notre travail. Pour notre santé, pour l’écologie pour nos conditions de vie, seul notre combat paiera. Aujourd’hui en grève et dans la rue, demain on continu !

 

Sources :
www.liberation.fr/economie/greve-chez-total-la-plus-grande-raffinerie-de-france-va-etre-mise-a-larret-20220928_3W7YB3VFVNE57JOU6ICEJVI76I/

Taxe sur les superprofits: le Sénat entame les débats, Libération, Clémentine Eveno, 1er août 2022 www.liberation.fr/economie/social/taxe-sur-les-superprofits-le-senat-entame-les-debats-20220801_KRL6LYOGVJFZFMVTC45P73D7DE/

www.cgt.fr/actualites/france/interprofessionnel/mobilisation/plus-que-jamais-determines-pour-une-juste-repartition-des-richesses

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici