test
Accueil 1-B Le NPA acte son divorce avec Philippe Poutou et Olivier Besancenot

Le NPA acte son divorce avec Philippe Poutou et Olivier Besancenot

Article du Huffington Post.

0
67

En cause, des divisions nées de l’opportunité de s’allier (ou non) avec la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Source : Huffington Post

C’est un tournant dans l’histoire de ce petit parti. Réuni en congrès ce dimanche 11 décembre, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui a porté les candidatures d’Olivier Besancenot et Philippe Poutou à l’élection présidentielle, acte une division entre deux courants.

« La situation est intenable », admettait dès vendredi Philippe Poutou auprès de l’AFP. « On ne peut plus rester un parti avec deux lignes politiques différentes. Les luttes internes, autant au niveau organisationnel que politique, nuisent au parti. La séparation peut apparaître comme une solution », a-t-il développé.

Que se passe-t-il précisément ? Un petit groupe, réuni autour de Philippe Poutou et Olivier Besancenot, plaide pour une « gauche radicale qui peut travailler avec LFI ». Ce que l’ancien candidat à l’élection présidentielle a défini sur le plateau de BFMTV comme une « gauche à la fois large et unitaire » prête à « bosser avec la partie antilibérale de la gauche ».

Mis en minorité, les intéressés ont donc décidé de quitter le navire, qui tient à conserver sa dimension révolutionnaire.

 

Un choix « irresponsable »

« Les quelques scissionnistes de la direction sortante ont fait le choix de tenter de faire exploser le parti au mépris du vote démocratique des militants et militante », cingle le NPA dans un communiqué, dénonçant un choix « irresponsable » dans un contexte où « la situation nationale et internationale exige que les révolutionnaires resserrent leurs rangs et avancent des perspectives d’émancipation révolutionnaire pour le monde du travail et la jeunesse ».

« Il n’y aura pas, comme le défend la France insoumise, de capitalisme à visage humain, ni de révolution citoyenne par les urnes. Nous réaffirmons la nécessité et la possibilité de construire un parti révolutionnaire, car faire reculer le patronat et à terme lui arracher le pouvoir, ne se fera pas par les élections », poursuit le parti issu de la Ligue communiste révolutionnaire.

Des conclusions partagées par la branche jeunesse du mouvement trotskiste, qui entend également rester fidèle au NPA, accusant Olivier Besancenot et Philippe Poutou de « quitter le parti pour se tourner vers la gauche institutionnelle, en tournant le dos à tout un pan de l’organisation et ses militants ».

Philippe Poutou avait récolté 0,8 % des voix, soit près de 270 000 votants, lors de la dernière élection présidentielle. Durant les régionales, il avait posé la première pierre de sa démarche unitaire, en scellant un accord « inédit » avec l’insoumise Clémence Guetté en région Aquitaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici