Attentat terroriste de Paris contre les Kurdes : frappe raciste ou crime commandité ?

Un attentat contre la communauté Kurde a été perpétré le 23 décembre au Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F) à Paris. Trois personnes ont été assassinées et trois ont été grièvement blessées par un assaillant ouvertement raciste.

0
24

Un attentat contre la communauté Kurde a été perpétré le 23 décembre au Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F) à Paris. Trois personnes ont été assassinées et trois ont été grièvement blessées par un assaillant ouvertement raciste. Le tireur est sorti de détention provisoire sans jugement dix jours avant l’attentat. Alors que certains médias et le gouvernement isole ce drame, la communauté Kurde s’interroge sur le contexte de ces meurtres, dix ans presque jours pour jours après le meurtre à Paris de trois dirigeantes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).


Etrange anniversaire

La manifestation qui se tient chaque année pour demander de lever le secret défense sur l’assassinat des trois cofondatrices du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) le 9 janvier 2013 s’est déroulée ce samedi 7 janvier à Paris. 10 000 manifestant.e.s se sont rassemblées pour cet évènement d’une intensité particulière cette année, deux semaines après l’attaque terroriste du centre Kurde et alors que la lutte pour la liberté bat son plein en Iran suite à l’assassinat de la jeune Kurde Jîna Amînî le 16 septembre par la police des mollahs. Nous pouvions entendre résonner dans le cortège :

Fidan, Sakine et Leyla*
On n’oublie pas
On pardonne pas !
Mîr, Emine, Abdulrahman**
On n’oublie pas
On pardonne pas !

* Fidan Doğan, Sakine Cansız et Leyla Söylemez sont les victimes des assassinats du 9 janvier 2013
** Mîr Perwer, Emine Kara et Abdulrahman Kizil sont les victimes de l’attentat du 23 décembre 2022

Fidan Doğan, Sakine Cansız et Leyla Söylemez ont été assassinées de plusieurs balles dans la tête dans le 10e arrondissement de Paris en 2013. Omer Güney, nationaliste turc infiltré dans les milieux kurdes est le meurtrier présumé. Quelques semaines avant son procès en 2016 il décède à 34 ans d’un cancer, après une tentative d’évasion infructueuse. La juge en charge de son dossier a été cambriolée, son ordinateur contenant des informations sur l’affaire a été dérobé. La justice française suspecte les services secrets turcs, le MIT, d’être les commanditaires de ce triple assassinat.

Crimes racistes, l’extrême droite en toute liberté

Le 23 décembre, le cauchemar se répète. Dans le 10e arrondissement encore, le centre culturel Kurde Ahmet-Kaya rue d’Enghien est la cible d’une attaque à l’arme-à-feu. L’assaillant rentre dans le centre à l’heure où une réunion d’une soixantaine de femmes kurdes devait se tenir. Cette assemblée avait été reporté d’une heure à la dernière minute. Mîr Perwer, chanteur kurde, Emine Kara, dirigeante féministe kurde et Abdulrahman Kizil, militant kurde, sont assassinés.

Alors que les Kurdes endeuillés veulent se recueillir sur le lieu des crimes, la police intervient et déclenche une émeute. Darmanin, ministre de l’Intérieur, se rend rue d’Enghien pour provoquer la communauté Kurde, décrétant à chaud que l’attaque n’est pas politique. Le parquet national antiterroriste (Pnat) n’a pas été saisi. Le tueur n’est selon Darmanin pas «connu des services français». William Malet sortait pourtant d’un an d’emprisonnement pour avoir attaqué des personnes migrantes avec un Katana. L’article du Canard Enchaîné « Les droits des migrants taillés au sabre » révèle que l’objectif du raciste a été atteint puisque l’Etat français a préféré traquer les migrants blessés gravement plutôt que de s’inquiéter de l’avenir de l’agresseur, relâché sans jugement. Un migrant marocain sans-papiers a reçu, alors qu’il avait été victime de l’attaque, une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Les Loups Gris, mouvement d’extrême-droite turque, ont profité du rassemblement de recueillement à République le 24 décembre 2022 pour sortir du bois et faire l’équivalent du salut nazi devant les Kurdes. Certains manifestants ont répliqué en rattrapant et retournant la voiture des provocateurs.

Femme, Vie, Liberté ! Jin, Jiyan, Azadî !

Nous qui nous reconnaissons dans les idées internationalistes révolutionnaires, nous exprimons toutes notre solidarité auprès de nos camarades kurdes. Nous sommes révolté.e.s que la lumière n’a pas été faite sur l’assassinat à Paris de Sakine Cansiz, proche d’Abdullah Öcalan, de Fidan Dogan, chargée des relations extérieures pour l’Union européenne, et de Leyla Saylemez, cadre du mouvement de jeunesse du parti PKK il y a maintenant dix ans. Nous n’avons aucune confiance dans l’Etat français pour mener l’enquête sur les crimes commis sur son sol. Lié à Ankara par l’OTAN, la France en bonne impérialiste privilégiera toujours ses intérêts militaires et économiques à la vie et à la liberté. Dans cette nouvelle affaire, l’Etat français ne fera pas preuve de plus de zèle : les policiers ont détruit un dispositif d’enregistrement suspect retrouvé à proximité du centre culturel kurde une semaine après l’attentat. Cet appareil contenait-il des informations compromettantes pour Ankara ? L’ombre du doute plane.

Nous partageons la douleur de la communauté kurde frappée une fois de plus par l’extrême-droite ce 23 décembre 2022. Que la militante féministe Emine Kara, qui a combattu Daech, qui s’est rendue en France pour être soignée et qui a finalement été tuée dans ce pays nous est insupportable. Que la police d’Ankara ait perturbé les funérailles de Mîr Perwer et d’Abdurrahman Kizil, dont les corps ont été rapatrié sur le territoire turque, attise notre colère.

Erdoğan assassin
Macron complice !
Extrême droite assassins
Macron complice !

Comme il était écrit sur les pancartes à la manifestation du 7 janvier, notre réponse à ces meurtres sera la Révolutions des femmes.

En Iran, en Syrie,
En Turquie et à Paris
Une solution :
Révolution !

Sources :
Les droits des migrants taillés au sabre, Marine Babonneau, Le Canard Enchaîné
Triple assassinat au 147, rue Lafayette, de Laure Marchand, chez Actes Sud
www.lemonde.fr/societe/article/2023/01/09/dix-ans-apres-la-communaute-kurde-demande-la-verite-et-la-justice-pour-le-triple-assassinat-de-la-rue-la_fayette_6157132_3224.html

Destruction d’une preuve dans l’affaire de l’attentat de la rue d’Enghien?


www.leparisien.fr/faits-divers/paris-alerte-a-la-bombe-dans-le-xe-arrondissement-30-12-2022-R54DAUDK5NHVZBDLDLMOQ4K25U.php?ts=1672434998552

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici