Construire la grève générale pour gagner contre Macron !

Les plus de 2,8 millions de personnes mobilisées en France ce mardi 31 janvier montrent toute la puissance d’un mouvement social historique qui se développe. La force est dans la rue pour gagner contre Macron. Il est possible de gagner. L’heure est à la grève générale jusqu’au retrait de la réforme.

0
128

La force est dans la rue pour gagner contre Macron 

La journée de grève et mobilisation du 31 janvier a confirmé l’intensification du rapport de force de la rue contre la réforme des retraites du gouvernement Macron. Si près de 2 millions de personnes se sont mobilisés en France lors du 19 janvier, environ 2,8 millions sont descendues dans la rue ce mardi 31, selon les syndicats. Même le ministère de l’intérieur (qui revendique le nombre ridicule de 87 000 manifestants à Paris) a reconnu la présence dans la rue d’au moins 1,2 millions de manifestants. Ces chiffres confirment que la force est dans la rue pour gagner contre le gouvernement Macron ! 

Dans ce contexte, le gouvernement peine à convaincre la population sur la nécessité de son projet. Macron semble avoir perdu la bataille de l’opinion publique. En effet, l’énorme majorité de la société française est contre cette réforme jugée inutile, injuste et innécessaire. Après l’échec du projet de réforme des retraites à points en 2019, ce nouvel essai de la Macronie est juste perçu comme une attaque globale injustifiée contre les travailleurs et les travailleuses. Même les médias les plus réactionnaires reconnaissent que 80% de la population est contre la réforme. En quelques jours, le gouvernement est passé d’expliquer la nécessité et la justice de la réforme à durcir le ton pour dire que le départ à 64 ans est innegociable. Mais avec la force de la mobilisation dans la rue, nous pouvons les faire reculer !

 

Construire une grève générale forte et reconductible jusqu’au retrait de la réforme

Pour pouvoir gagner la bataille des retraites, le mouvement doit s’endurcir et nous devons continuer à l’élargir. Les nouvelles échéances proposées par l’intersyndicale, le 7 et le 11 février, sont de points d’appui pour permettre ce saut qualitatif. Les grèves dans les raffineries du 6 au 8 février et la grève des cheminots le 7 et le 8 février, sont également des appels importants pour continuer la mobilisation.

Cependant, nous ne devons pas nous contenter avec un calendrier des journées isolées ou des mobilisations pendant le weekend, comme la CFDT l’a souhaité. Pour gagner contre Macron, il est nécessaire de construire une grève générale qui soit reconductible et qui puisse vraiment paralyser le pays pour que le gouvernement soit obligé de retirer sa réforme.

C’est la leçon que nous pouvons tirer du mouvement victorieuse de 1995, qui a mis la France en arrêt pendant plusieurs semaines. Nous avons besoin d’une grande grève générale illimitée pour pouvoir gagner contre le gouvernement. La force est dans la rue et il est nécessaire de développer partout les espaces d’auto-organisation des grévistes.

Quand les jeunes rejoignent les travailleurs…

La semaine dernière a commencé avec des blocages lycéens fortement réprimés par la police. Ces initiatives, à l’appel de syndicats de jeunesse ont signifié l’entrée dans la scène politique de la jeunesse lycéenne. A Paris, il y a eu un cortège jeune très dynamique grâce à la coordination des lycées Turgot et Fénelon, entre autres. 

Dans les universités, les Assemblées Générales se sont multipliées partout entre le 19 et le 31 janvier. A l’université Paris 8 de Saint-Denis, près de 350 étudiants et travailleurs de l’université réunis le 26 janvier ont lancé l’appel à la construction d’une Assemblée Générale Inter-facs et Inter-lycées qui s’est réunie le lundi 30 pour coordonner une intervention unitaire des étudiants dans la mobilisation.

Cette coordination a lancé un appel à poursuivre la mobilisation dans lieux d’études aux côtés des travailleurs. Quand les jeunes rejoignent les travailleurs, la mobilisation sociale gagne énormement de force. Une alliance qui est plus que nécessaire pour paralyser le pays jusqu’au retrait de la réforme.

Nous pouvons mettre un coup d’arrêt à l’ensemble de la politique capitaliste de Macron et instaurer un nouveau rapport de force entre les classes, pour un autre projet de société. La beauté est dans la rue. Construisons la grève générale contre Macron et son monde ! 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici