Ukraine : Pour une paix juste et sans annexions

Déclaration du courant international Socialisme ou Barbarie, un an après la guerre en Ukraine, 22-02-23.

0
100

Déclaration du courant international Socialisme ou Barbarie un an après la guerre en Ukraine, 22-02-23.

Poutine et l’OTAN hors du territoire ukrainien !

La guerre en Ukraine dure depuis un an. Le 24 février 2022, Poutine a envahi l’Ukraine en pensant réaliser une Biltzkrieg (guerre-éclair) qui laisserait le pays à ses pieds. Le pari est perdu et a révélé l’existence d’un fort sentiment national ukrainien forgé tout au long de la dure histoire du siècle dernier, non seulement alimenté par les courants nationalistes d’extrême droite, mais aussi par l’héritage dramatique du stalinisme.

La lutte justifiée du peuple ukrainien pour l’autodétermination nationale a été la première détermination du conflit, qui réclamait la sortie immédiate du pays de l’invasion russe. Cependant, presque immédiatement et de plus en plus au fur et à mesure que le conflit progressait, la lutte nationale a été rejointe par le conflit inter-impérialiste entre une OTAN renaissante dirigée par les États-Unis et la Russie, un empire en reconstruction.

Le caractère falsifié de guerre entre « les démocraties occidentales et l’autocratie russe » a été alimenté par la direction de Zelensky, alignée sur l’impérialisme traditionnel, sur le capitalisme néolibéral, au lieu de s’élever comme une direction indépendante faisant appel au soutien des peuples du monde.

Ainsi, le conflit s’est défini entre les chemins sinueux de ces deux déterminations sans que l’une ou l’autre puisse s’imposer : l’invasion russe de l’Ukraine reste une aberration contre les droits à l’autodétermination d’un peuple soumis, tout comme l’instrumentalisation impérialiste traditionnelle de cette lutte nationale justiée a érodé son caractère émancipateur.

C’est ainsi que nous parvenons à l’impasse actuelle : le conflit devient de plus en plus destructeur. Ni la Russie ni l’Ukraine ne semblent pouvoir, de ce que nous voyons aujourd’hui de manière réaliste, « gagner la guerre ». La Russie est très affaiblie et démontre son impuissance aux yeux du monde, elle ne semble pas être en mesure de s’imposer, elle a largement manqué ses objectifs. L’Ukraine est dévastée.

La principale victime de cette confrontation est le peuple ukrainien, qui paie par le sang et la destruction la dérive d’une juste lutte nationale menée par une direction réactionnaire comme celle de Zelensky, tout en continuant d’être pilonné jour et nuit par les bombardements russes.

Dans cette impasse, une position claire des courants marxistes révolutionnaires est nécessaire : l’exigence d’une paix sans annexions sur le territoire ukrainien doit être clairement posée, ce qui peut prendre la forme d’un cessez-le-feu immédiat et du début des négociations.

Continuer à alimenter la confrontation militaire, les livraisons d’armes, le réarmement international, etc., ne semble que renforcer les ennemis des masses populaires, que ce soit en Ukraine, en Russie, dans l’Occident impérialiste ou en Chine.

La géopolitique, les relations entre les États sur le dos des classes sociales et les peuples en lutte, est un cancer. Il est nécessaire de créer un espace pour que la lutte des classes et les revendications populaires. Les luttes populaires directes peuvent renaitrent en Ukraine et en Russie en supprimant l’élément géopolitique.

Pour cela, un cessez-le-feu doit être imposé par un élément organisateur autre que la simple confrontation militaire mécanique. Le peuple Ukrainien doit gagner son autodétermination nationale (ainsi qu’éventuellement un autre type de gouvernement) et le peuple Russe doit également pouvoir s’émanciper du joug de Poutine afin que la solidarité internationaliste entre les deux peuples puisse s’affirmer et qu’ils puissent diriger leurs efforts contre le régime capitaliste qui règne dans les deux nations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici