Victor Artavia : « impulser la construction de courants anticapitalistes, révolutionnaires et indépendants »

0
36

Samedi 10 juin, Victor Artavia, membre de la direction du courant international Socialisme ou Barbarie et militant à SoB Brésil, a animé un débat organisé par le NPA Jeunes à Paris sur la situation politique et sociale en Amérique Latine.

Avec la présence de près d’une centaine de jeunes militants, Victor Artavia a commencé son topo en expliquant les raisons qui ont conduit à la conjoncture actuelle de crise économique et politique dans la région. L’Amérique Latine est une région semi-coloniale, vulnerable aux crises internationales et caracterisée par des inégalités économiques frappantes.

Il s’agit d’un subcontinent très attaqué par les impérialismes, notamment par le mécanisme de la dette extérieure et par les dictées du Fonds Monétaire International. Les gouvernements latinoaméricains ont tendance à vouloir résoudre la crise en appliquant des mesures de shock qui sont contestées par des mouvements de révolte populaire (Chili, Equateur, par exemple) et de lutte pour les conditions de vie.

Dans ce contexte, un tournant autoritaire a été imposé récemment dans la région avec l’emergence de nouvelles formations politiques d’extrême droite (Bolsonaro, Kast, Milei, entre autres) qui essayent de reccupérer d’une façon réactionnaire les déceptions provoquées par l’expérience des gouvernements de centre-gauche au pouvoir.

Pour Artavia, il est nécessaire d’« impulser la construction de courants anticapitalistes, révolutionnaires et indépendants » capables de combiner le combat contre les attaques anti-démocratiques de l’extrême droite et les luttes sociales en toute indépendance des gouvernements dites « progressistes » qui ont montré toutes leurs limites dans la région.

A ne pas rater. Regardez le topo ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici