Interview. Khaled Abu-Qare : « La cause palestinienne ne mourra jamais, car notre lutte est celle de la liberté, la justice et la dignité »

Interview de Khaled Abu-Qare président de l'association Etudiants pour la Justice en Palestine de Sciences Po.

0
45
SoB : Nous observons à travers le monde des manifestations inédites et historiques par leur ampleur en solidarité avec la Palestine, comment tu les perçois depuis Paris et plus spécialement comme étudiant ? 

Khaled : En tant qu’étudiant palestinien à Paris, c’est la première guerre à Gaza pendant laquelle je suis à l’étranger, loin de ma famille qui vit en Palestine. Je suis profondément touché par les millions de personnes à travers le monde qui ont marché pour les droits des Palestiniens. Tous les jours les chiffres grimpent, la cause palestinienne ne mourra jamais parce que notre lutte est pour la liberté, la justice, et la dignité

 À Paris, comme beaucoup le savent certainement, des manifestations ont été interdites par les autorités françaises ces dernières semaines, alors ça veut dire beaucoup pour moi de voir des dizaines de milliers de personnes marcher à République. Je sens que mon peuple n’est pas seul, nous n’avons jamais été seul historiquement et nous ne le saurons jamais car je crois en le pouvoir du peuple et je salue chaque personne sortie pour soutenir la Palestine, que ça soit la grand-mère nous saluant à sa fenêtre ou l’enfant qui chante des chansons Palestiniennes en accompagnant sa famille à la manifestation. 

 

SoB : Quelles actions les plus urgentes penses-tu qu’on pourrait mener ou demander à nos pays de mener en ce jour et en Occident ? 

Khaled : L’action est un besoin immédiat, plus nous laissons ce genocide continuer, plus il y aura d’enfants palestiniens tués, plus il y aura d’orphelins et plus mon peuple souffrira. Le silence est complice. Donc mettre une pression sur les gouvernements à appeler à un cessez-le-feu immédiat est une action urgente et une demande palestinienne. Appelez vos représentants, manifestez, mobilisez du monde, organisez des événements et postez sur la Palestine. Tout ceci est important, ne sous-estimez jamais l’impact d’un post sur les réseaux sociaux ou une pancarte dans un rassemblement ou une pancarte dans une manifestation. Les Palestiniens vous voient et vous entendent, où que vous soyez. Nous espérons que les politiciens occidentaux qui sont complices du genocide en cours écoutent les millions de personnes qui marchent toutes les semaines pour les droits des Palestiniens. 

Rassemblement organisé par les étudiants de Sciences Po à Paris.
SoB : Comment peut-on continuer le combat pour la libération de la Palestine ? 

Khaled : Cela fait 75 ans qu’on milite pour la libération de la Palestine. 75 ans de nettoyage ethnique, de colonialisme et d’oppression systématique de mon peuple. Avons-nous disparu ? Les nouvelles générations ont-elles oublié ? Absolument pas. Dans un premier temps nous devons continuer à sensibiliser sur la cause palestinienne, et cela commence lorsque les gens se rendent compte de la vérité et lorsqu’iels comprennent l’histoire.

La Nakba n’est pas juste une note de bas de page dans l’histoire, c’est un événement qui continue d’affecter tous.tes les palestinien.ne.s.

La Palestine est comme un puzzle, et quand toutes les pièces seront assemblées, elle vivra dans votre cœur pour toujours. Action, action, action maintenant et toujours, jusqu’à ce que les palestinien.ne.s réalisent leur droit à l’auto-détermination, leur liberté et leur indépendance

 

SoB : D’autres idées que tu souhaites exprimer ?

Khaled : J’aimerai transmettre un message d’appréciation et de gratitude à tous.tes celleux qui ont marché pour la Palestine. J’aimerai aussi exprimer clairement le fait que les Palestiniens sont fortement opposés à toute forme de racisme, d’islamophobie et d’antisemitisme. Ces chapeaux ne seront jamais justifiables. Quiconque utilise notre cause pour mettre en avant un discours haineux ne sert pas notre cause. 

Aussi, je suis profondément touché par la solidarité juive avec mon peuple qui s’accroît, je sais à quel point cela peut-être compliqué de briser le silence dans certains cercles. Néanmoins, je sais que la religion n’a jamais été une source de division ou un conflit entre nous. Elle devrait toujours nous unir pour nous battre pour les droits de l’Homme, et pour la liberté des palestinien.ne.s. Comme on l’entend : « nous sommes des milliers, nous sommes des millions, nous sommes tous.tes des Palestinien.ne.s. »

Nous croyons que la Palestine sera libre, et nous serons là pour la voir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici