Borne out, Attal à Matignon : Nouveau visage, même politique réactionnaire

0
20

Clap de fin pour Elisabeth Borne. La Première Ministre quitte le gouvernement après vingt-trois 49.3, et le bilan catastrophique de l’anti-populaire réforme des retraites et de la loi raciste sur l’immigration. Gabriel Attal la remplace. L’ancien ministre de l’éducation n’est qu’un visage plus jeune pour continuer la même vieille politique capitaliste et réactionnaire. 

Certains analystes voient dans ce remaniement une tentative de Macron pour dissimuler le rapprochement du gouvernement avec l’extrême droite sur la loi immigration. Un nouveau visage pour camoufler la crise politique ouverte avant les fêtes de fin d’année et préparer la campagne électorale des européennes. 

 

Borne out : « Madame 49.3 » quitte le gouvernement

«Monsieur le Président de la République, vous m’avez fait part de votre volonté de nommer un nouveau Premier ministre (…) Alors qu’il me faut présenter la démission de mon gouvernement, je voulais vous dire combien j’ai été passionnée par cette mission.» a déclaré Elisabeth Borne lors de sa démission ce lundi 8 janvier.

La Première Ministre sortante a quitté Matignon avec «l’honneur» d’avoir dirigé «une équipe gouvernementale qui a conduit avec détermination des réformes essentielles pour notre pays et nos concitoyens». 

Si ces réformes pouvaient paraître essentielles aux yeux du gouvernement c’était uniquement selon l’optique de défendre les intérêts des riches. En effet, aucune des mesures de Mme. Borne n’étaient bénéfiques pour ceux d’en bas. Madame 49.3 a battu tous les records d’utilisation de ce mécanisme pour contourner les débats parlementaires et imposer le programme du gouvernement d’une façon anti-démocratique. 

Après la loi des retraites, contre laquelle nous avons battu le pavé pendant des mois, et la récente loi raciste sur l’immigration, Borne déclare avoir le sentiment du «devoir accompli». Émotion, honneur, passion… Apparemment on peut être fière d’être un agent des riches capitalistes pour écraser les majorités populaires.

La loi immigration était la cerise sur le gâteau de sa politique réactionnaire. Apres des mois de censure et de repression aux mobilisations en soutien au peuple palestinien, et de « victoire idéologique » de Marine Le Pen, la Macronie tente un changement de visage pour mieux préparer la course électorale européenne.

 

« Macron junior » : Un jeune pour faire du vieux ? 

Gabriel Attal est le Premier Ministre le plus jeune de l’histoire de la République Française. Son visage jeune, cependant, essaie de dissimuler le vieux de son projet politique. Il suffit de regarder le bilan de son parcours à l’Éducation Nationale depuis la rentrée 2023.

Attal est le responsable politique de l’interdiction des abbayas, une attaque islamophobe et réactionnaire pour dire aux jeunes filles comment elles doivent s’habiller. Dans le même sens, se trouve la récente implémentation de l’uniforme à l’école en cours d’expérimentation. Le Service National Universel, une nouvelle mesure pour faire marcher au pas la jeunesse, dans un contexte international de montée de l’extrême droite et des tensions bellicistes. 

Pour le « réarmement » réactionnaire que Macron nous propose, il est allé chercher un ministre qui a la petite expérience de discipliner et d’encadrer les jeunes. On pourrait également parler des contre-réformes dans l’Éducation nationale, des conditions de travail des enseignants ou encore des inégalités accentuées par la gestion capitaliste de l’éducation publique. En résumé, pour Attal, l’éducation nationale n’a été qu’un tremplin pour sa carrière politique au service des grands patrons, comme le dénoncent des enseignants.

Le « Macron junior » pourrait être une mascarade pour essayer de dissimuler la crise politique ouverte avant la fin de l’année 2023. Macron a rompu avec son mandat démocratique de faire barrage à l’extrême droite. Une politique réactionnaire difficile à cacher malgré le nouveau visage à Matignon. 

 

Construire une mobilisation d’ensemble contre le gouvernement Macron-Attal, en finir avec leur monde capitaliste

Malgré le changement de casting, Macron continuera de mener les mêmes politiques réactionnaires en faveur des grands capitalistes. Les attaques sont multiples et les dates de mobilisation commencent à se multiplier dans le calendrier pour réagir aux provocations macronistes qui pavent la voie de l’extrême-droite.

Nous participerons aux prochaines mobilisations jeudi 11 janvier contre les violences sexistes et sexuelles, samedi 13 janvier contre le génocide en Palestine, dimanche 14 et dimanche 21 contre la loi immigration. En ce début d’année 2024, les mouvements de lutte doivent trouver la manière de converger dans de dates de mobilisations d’ensemble contre la politique du gouvernement Macron. Dans ce sens, les directions syndicales doivent proposer un véritable plan de bataille, absent pour le moment, pour construire des mobilisations et des grèves victorieuses contre la Macronie. 

Il est nécessaire d’en finir avec leur vieux monde capitaliste. Pour construire une réponse politique révolutionnaire globale, contre la politique capitaliste de Macron et des patrons. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici