Peut-on éteindre la colère au glyphosate ?

En France les agriculteur.ice.s et les professionnel.le.s de l’éducation se sont manifesté.e.s pour l’augmentation des salaires. A partir du 7 février, les travailleur.euse.s des transports en France métropolitaine et du BTP à la Réunion appellent à la grève, pour les salaires également. Pendant ce temps, le gouvernement fait diversion.

0
13
Confederation paysanne
Blocage de la Confédération paysanne

Les agriculteur.rice.s se sont mobilisé.e.s avec des moyens impressionnants pour réclamer une meilleure rémunération. En exigeant que tout le monde rentre au bercail et lèvent les blocages suite à la déclaration du gouvernement de mettre en pause le plan Ecophyto (qui vise à réduire progressivement l’utilisation des produits phytosanitaires), la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et Les Jeunes Agriculteurs ont montré qu’ils ne défendent pas les intérêts de la majorité des agricultrices et agriculteurs. Le gouvernement n’a annoncé aucune mesure pour que les petit.e.s exploitant.e.s soit correctement rémunéré.e.s, sans devoir subir les lois aléatoires du marché.

La Confédération paysanne souhaite maintenir la mobilisation, et a dû faire face à la répression. Le gouvernement n’a pas cherché à maquiller le “deux poids, deux mesures” : pour les paysan.ne.s qui réclament un salaire juste, c’est garde-à-vue ; pour les gros exploitants de l’agroalimentaire, c’est feu vert pour asperger les champs de produits phytosanitaires.

Pourtant, les capitalistes de l’agro-industrie ne sont pas en difficulté. Le média Basta Mag ! indique, sur la base des données de l’Insee, qu’entre 2022 et 2023, “les profits bruts de l’industrie agro-alimentaire ont plus que doublé, passant de 3,1 milliards d’euros à 7 milliards !”. Alors quand les dirigeants de la FNSEA jouent du violon pour dire que vraiment, la protection de la santé et de la biodiversité, ça coûte trop cher, les agriculteur.rice.s doivent se chercher de meilleurs avocats : leur propre combat !

Nous soutenons la poursuite de la lutte, comme portée par la Confédération paysanne ! Nous revendiquons pour tous les secteurs un salaire juste, et le droit de boire et manger sans s’empoisonner ! Faisons recracher aux capitalistes de l’agro-industrie leurs profits pour le redistribuer à “la classe laboureuse, la classe laborieuse”.

Sources
Basta média, 12 octobre 2023
Grosses marges, ventres vides : le scandale des profits de l’industrie agroalimentaire

Comptes nationaux trimestriels au premier trimestre 2023 Insee

Confédération Paysanne, 3 février 2024
Pour la Confédération paysanne, la bataille pour le revenu paysan ne fait que commencer.

ViaElla Bailleul

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici