Nous sommes toutes et tous « Du côté des femmes »

0
36

Les grands événements liés au 8 mars ne nous ont pas épargné de nouvelles inquiétantes à l’égard de la cause des droits des femmes et de la lutte contre les violences sexistes. En plein mouvement social contre la réforme des retraites, qui précarise et impacte de façon différentielle les femmes, nous voyons le mépris envers les femmes de ceux qui ont même osé annoncer que la lutte contre les violences faites aux femmes était la grande cause de leur quinquennat.

Le 28 mars, l’association « Du côté des femmes » (95) est placée en redressement judiciaire. Le destin de l’association en soi, de ses salariées engagées et des femmes accompagnées est à très haut risque. Il s’agit d’une association qui accompagne les femmes victimes de violence dans le département de Val d’Oise, l’un des plus grands départements de la région d’Ile de France. Elle accompagne un public très vaste et nombreux, parfois en grand besoin de cet accompagnement social, dans un contexte de dégradations des conditions économiques des larges secteurs de la population. Au même temps que nous voyons le gouvernement défendre sans arrêt la violence policière et l’action de la police qui ne manque jamais de moyens pour exercer de la violence dans les quartiers et contre les militantes politiques, nous constatons que le financement pour la dite grand cause de quinquennat n’est pas à la hauteur de besoins de la population. Les centaines des femmes accompagnées et les dizaines de salariés de l’association sont pris en otage des promesses du gouvernement et du manque réel de politiques publiques pour les droits des femmes.

La situation de l’association concerne tous et toutes ceux et celles qui sont engagés dans la défense des droits des femmes. C’est le cas du collectif « Les Héroïnes 95 » qui a déjà exprimé son soutien aux salariés de l’association. Nous exigeons le financement immédiat et pérenne de l’association pour qu’elle puisse continuer à assurer les missions d’accompagnement, d’hébergement et d’insertion professionnelle des femmes. Le gouvernement national et la région Ile de france doivent assurer le travail fait par l’association. Nous partageons et soutenons les initiatives des salariées qui font de leur mieux pour continuer à travailler dans des conditions d’incertitude angoissantes.

Pour soutenir les salariés, il est possible de faire un don pour soutenir leur participation dans « La nuit des relais » de la Fondation des Femmes.

Correspondant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici