Récit de la lutte à Sainte-Soline

Récit de la lutte à Sainte-Soline qui a réuni le week-end dernier jusqu’à 30 000 manifestant.e.s, malgré la répression du gouvernement Macron.

0
75

C’est un peu sonné par les événements récents et les dernières nouvelles qui tournent en boucle sur mon fil Instagram depuis le samedi 25 mars, que j’ai décidé de répondre à l’appel des Soulèvements de la Terre contre les violences policières. Le mélange de dégoût, de peur face à l’absurdité et de crainte face à la montée de l’autoritarisme d’État, m’ont poussé à vouloir être devant l’Hôtel de Ville de Paris ce jeudi 30 mars à 19h.

Cet article ne sera pas exhaustif en la matière et sera principalement nourri par mon ressenti et ce qui m’a poussé à aller sur la route un samedi 25 mars pour aller à Sainte-Soline puis de me joindre au rassemblement de ce jeudi à Paris. Ce que j’ai pu y voir d’exaltant pour le mouvement révolutionnaire et de révoltant pour la démocratie. La nécessité de ne pas baisser la tête dans la situation que nous vivons est plus que nécessaire, c’est vital !

 

Quelques chiffres …

200 manifestant.e.s ont été blessé.e.s, dont 40 gravement et deux manifestant.e.s sont dans le coma entre la vie et la mort. Pour les cas les plus graves, cela sera plusieurs mois, voir des années de rééducation, pour n’être jamais vraiment sûr de récupérer pleinement sa mobilité. De l’autre côté, 3200 policiers surarmés, ayant dégoupillé 4000 grenades en deux heures pour défendre un absurde trou de terre face à 30 000 manifestant.e.s déterminé.e.s mais désarmé.e.s face à tant de violence. Qu’aurait pu faire ces manifestants une fois dans le trou ? Le reboucher avec leurs petites mains ? A défaut de les laisser circuler, l’État a préféré se retourner contre le peuple pour les intérêts du capitalisme agricole. Blesser, mutiler et tenter de tuer la population à l’arme de guerre pour un trou, c’est l’ultime absurdité des puissants acculés. Les mises en garde à vue arbitraires et des violences policières devenues monnaies courante dans les manifestations parisiennes et ailleurs … Nous le constatons maintenant depuis une dizaine d’année, la stratégie du maintien de l’ordre français est de briser par tous les moyens la contestation de notre camp social. Rien ne doit plus s’opposer à l’idéologie néolibérale et la thatcherisation de la société est en marche.

 

La nécessité de se rassembler

La nécessité de se rassembler avec les personnes présent.e.s, notamment avec les victimes des violences, s’est fait ressentir pour beaucoup. Dans un Etat qui se veut démocratique, protester, manifester ou se rassembler ne devrait pas être corrélé à la peur d’être arrêté ou mutilé par les forces de l’ordre. Nous assistons à une radicalisation de l’autoritarisme d’État, représenté par Monsieur Darmanin, ministre de l’intérieur, prêt à tout concéder aux forces de police tout en leur intimant l’ordre de casser au sens propre et figuré. Les différentes lois de sécurité globale, de réforme de la justice vont dans ce sens, laisser le champ libre à la folie des pires réactionnaires fascistes présents dans la police. Les Brav-M issues de la fusion malsaine de la BAC et des voltigeurs des années 80 ayant entraîné la mort de Malik Oussekine en sont l’expression la plus évidente.

La nécessité de se rassembler s’impose pour se rappeler que nous ne sommes pas seul.e.s face aux violences policières mais au contraire nombreux.euses ! Près de 4 500 personnes à Paris et des dizaines de milliers partout en France. C’est un enjeu de classe de faire corps face à l’arbitraire d’État et à la violence policière et pour entendre que les luttes sociales et les luttes écologiques ne font qu’un et sont capables d’apprendre l’une de l’autre.

 

Récit de la lutte à Sainte-Soline

L’accès Sainte-Soline a été entravé par les forces de l’ordre. L’objectif était clair, porter atteinte à notre droit de circuler librement, pour nous empêcher délibérément de grossir les rangs de la contestation. La fouille des véhicules et des contrôles d’identité ont joué le rôle d’avertisseur pour essayer de nous empêcher d’y arriver… Mais arrivé.e.s là bas quelle surprise d’assister à un ce modèle d’auto-organisation magistral ! On pouvait y voir le soin et la bienveillance apportés dans la lutte par les personnes présentes lors de cette bataille, afin d’assurer le meilleur accueil ainsi qu’une excellente prise en charge à destination de tous.tes les militant.e.s.

Les organisatrices et organisateurs avaient pensé à l’aide juridique, l’aide psychologique, les conférences, les concerts et les cantines de lutte, capable de nourrir 10 000 personnes matin, midi et soir à prix libre. Iels ont orchestré la couverture médiatique de leurs propres réseaux sociaux avec brillaux, assistés par plusieurs médias alternatifs (Partager c’est sympa, Lundimatin, Blast, Reporterre, etc.) du moment afin de contrer la vague d’informations orientées et servies par les médias mainstream.

 

Violence d’État, stratégie de la peur

Ne soyons pas dupes sur la stratégie mise en œuvre par le gouvernement depuis 6 ans dans le maintien de l’ordre, la violence actuelle de la police et l’arbitraire d’État servant à dissuader la masse de participer aux mouvements de contestation. Peu importe que ces derniers soient soutenus ou non par une majorité de la population, ce qui est pourtant le cas des luttes écologiques et de la réforme des retraites actuelles.

La violence policière est devenue telle, que même de grandes institutions (pourtant au service des capitalistes) se réveille pour dénoncer ce qu’il se passe actuellement en France, l’ONU et le conseil de l’Europe mais aussi des associations et ONG telles qu’Amnesty International ou la Ligue des Droits de l’Homme (présente en tant qu’observatrice à Sainte-Soline). Aujourd’hui le droit de manifester est bel et bien en danger en France et le simple fait de chanter des slogans dans une manifestation, déclarée ou non, peut nous amener jusqu’à 48h de garde à vue et ainsi être fiché et enregistré. L’interdiction, illégale, de prendre sur soi, de simples lunettes de piscine ou d’avoir un masque chirurgical ou FFP2 pour se protéger du recours systématique aux gaz lacrymogènes est inquiétante. La mise en GAV préventive de manifestants est tout aussi inquiétante.

Les éléments de langage de Monsieur Darmanin, Ministre de l’intérieur, et ses mensonges sont à la fois désolants et alarmants sur le bien être de notre démocratie bourgeoise. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les mécanismes en œuvre actuellement, la tentative permanente de désavouer l’opposition, surtout si celle-ci se situe à gauche en mettant systématiquement en parallèle résistance sociale et écologique à la notion de terrorisme. Le gouvernement prépare ainsi les esprits les plus dociles à une répression toujours plus féroce des combats sociaux et écologiques. Le fichage systématique des opposants politiques est déjà à l’œuvre et la tentative de salir Serge, actuellement dans le coma, en révélant qu’il est fiché S est de à cet égard choquant.

 

Se mobiliser contre l’Etat policier 

Il est bon de rappeler que nous ne sommes pas seuls face à cette répression, la résistance politique et juridique s’organise avec la complicité de groupement d’avocats et de juristes. Nous devons continuer à œuvrer pour une prise de conscience de classe collective, car la réponse ne trouvera évidemment pas dans la réformation de notre République moribonde et pourrissante par la faute de ses propres élites.

Notre devons nous opposer à toutes les oppressions et de tout mettre en œuvre pour lutter contre la politique du tout sécuritaire posé par la classe dominante bourgeoise. La police dans son organisation actuelle, rappelons-le, ne sert qu’à défendre les intérêts des bourgeois et les événements de Sainte-Soline en sont un exemple frappant ! Cette dernière n’avait rien d’autre à défendre qu’un trou et l’amour propre de la bourgeoisie ce samedi 25 mars 2023, un amour propre qui se nourrit du sang des travailleur.euse.s. Notre sang à tous.tes, car quand ils ont fait exploser une grenade à la tête de Serge, ils nous ont tous frappés et nous devons répondre tous.tes ensemble à cet ultime coup, en nous mobilisant contre leur monde avec toujours plus de détermination.

 

Samuel Teach

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici