Nous sommes tous des Palestiniens !

Paris a exprimé sa solidarité avec le peuple Palestinien ce jeudi et dimanche lors de manifestations place de la République. Depuis que le gouvernement israélien fait bombarder les habitant.e.s de la bande Gaza, en représaille de l’attaque meurtrière du Hamas, Darmanin a essayé d'empêcher les manifestations de soutien aux Palestinien.ne.s. L’étau se desserre depuis que le conseil d’Etat a rappelé le gouvernement à l’ordre sur les droits démocratiques.

0
24
Photo : place de la République le 22 octobre 2023, Ella Bailleul

Des manifestations pour la Palestine on pu se tenir plus “sereinement” ce jeudi 19 et ce dimanche 22 octobre à Paris. Le Conseil d’État a rappelé mardi le droit fondamental à Darmanin  : « Toute interdiction générale et de principe est par nature illégale ». 

 

Instrumentaliser l’horreur pour ostraciser la gauche révolutionnaire

La circulaire du ministre de l’intérieur du 12 octobre demandait à tous les préfets d’interdire systématiquement les manifestations de soutien au peuple Palestinien. Selon Darmanin, toute mobilisation pour Gaza serait “par son objet même, est susceptible de générer des troubles à l’ordre public rendant nécessaire une interdiction”. Bienvenue dans le monde de la pensée unique du gouvernement Macron, où le drapeau israélien est affiché sans honte sur la Tour Eiffel pendant que son gouvernement d’extrême-droite assassine par milliers des civils dans une prison à ciel ouvert.

La pression militante, avec des manifestant.e.s qui ont bravé maintes fois les interdictions illégales de manifestations pour apporter leur soutien au peuple palestinien opprimé, ont fini par avoir raison de l’autoritarisme de la bande à Macron. La France était le seul pays européen à tenter d’interdire les manifestations. Nous dénonçons cette offensive liberticide. La critique de la colonisation doit pouvoir se faire librement, même dans un pays néo-colonisateur qui n’aime pas à être rappelé à sa propre histoire. Pourtant, nous avons à subir sur chaque antenne de radio et sur chaque chaîne de télé française des procès pour antisémitisme pour n’importe quelle personne dont le tweet ou les propos seraient jugé “pro-palestinien”.

 

La rue est à nous et elle crit “vive la lutte du peuple Palestinien !”

La rue a répondu dans toute sa diversité à la chasse aux hérétiques. Londres a connu une énorme mobilisation pour la Palestine avec 100 000 personnes rassemblées le 21 octobre, un mouvement historique pour le Royaume-Uni. Près de 40 000 manifestant.e.s ont soutenu Gaza à Bruxelles, tandis que nous étions 15 à 30 000 à Paris ce dimanche.

Ce jeudi 19, il a pourtant fallu que les manifestants eux-mêmes indiquent à la police sur place qui venait à leur contact que la manifestation était autorisée. Sans doute la préfecture ne s’était-elle pas dépêchée de prévenir ses hommes que le retour à l’Etat de droit était de mise, trop contente de laisser planer le doute pour dissuader les citoyens d’exprimer leur opinion. 

Lors des précédentes manifestations, seuls les partis d’extrême gauche, les deux NPA et RP notamment, étaient apparus. Les drapeaux des partis de gauche ont été sortis pour la première fois sur la place de la République ce dimanche : la FI, EELV, LO, le POID, RP et les deux NPA ont pu déployer leurs banderoles. Côté syndicats et associations, la CGT, la FSU, Solidaires, France-Palestine-Solidarité, le Mrap, le collectif des Musulmans de France et l’Union juive française pour la Paix étaient présents. Les prises de paroles se sont succédées, et le soulagement de la foule de pouvoir enfin s’exprimer sans risquer de charge policière était palpable.

 

Pas de paix sans décolonisation

Partout dans le monde, et en particulier au Proche-Orient, les manifestations doivent prendre de l’ampleur pour soutenir le peuple Palestinien. Il n’y aura “pas de paix sans décolonisation », la pression doit être mise sur Israël pour qu’elle arrête le massacre d’un peuple entier. La religion est instrumentalisée pour qu’Israël serve de base américaine au Proche-Orient. Travailleurs et travailleuse Israélien.ne.s et Palestinien.ne.s doivent se parler au delà de leurs chefs de guerre, chefs religieux et politiciens sanguinaires pour construire un pays uni sans doctrine religieuse. Ce ne sont pas les fous de dieu, les capitalistes, militaires et impérialistes qui stopperont 75 ans de conflit. Seule la compréhension commune des intérêts de classe entre les peuples peut sortir la Palestine du cercle infernal des revanches. Stop aux bombardements à Gaza ! Vive la lutte des Palestiniens pour un monde sans barbelés !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici