Solidarité internationale : Le soutien mondial envers la cause palestinienne dépasse les frontières

0
31
Manifestation de solidarité avec le peuple palestinien à Londres.

Les manifestations de solidarité avec Gaza s’étendent dans les capitales occidentales, malgré les interdictions gouvernementales et les menaces de poursuites légales, particulièrement à l’encontre des immigrants. Ceci survient au milieu de campagnes de diffamation et de calomnie orchestrées par les médias et les politiciens, assimilant tout manifestant en faveur de la Palestine à une position hostile envers les juifs. Il est notable que le nombre de manifestants a augmenté, passant de dizaines de milliers à des centaines de milliers dans une seule ville.

Toutes les franges de la population participent à ces manifestations, des étudiants qui suivent ce qui se passe à Gaza en ligne et sur les réseaux sociaux, aux migrants, en particulier de la région du Moyen-Orient, qui estiment que le monde oublie leurs tragédies et ne se soucie pas de leurs frères et soeurs qui meurent en Palestine. Et également, des communautés de juifs, présentes dans la plupart des capitales du monde, condamnent les actions de l’Etat d’Israël et de son régime sioniste.

Les militants et les personnes concernées par la question palestinienne ont attendu environ deux semaines avant d’avoir une autorisation à participer à des manifestations “autorisées” dans les villes françaises. Malgré l’interdiction, des manifestants se sont mobilisés même lors des rassemblements interdits. Des dizaines ont rejoint des manifestations non autorisées pour exprimer leur solidarité avec les victimes palestiniennes, faisant face à des amendes pour participation à une manifestation illégale.

Le nombre de manifestants a augmenté pour atteindre plus de 60 000 à Paris le 4 novembre après l’obtention de l’autorisation de manifester. Une nouvelle mobilisation massive a eu ce samedi 11 novembre. Les images ont été largement relayée dans tous les journaux et sites web du monde.

Quant aux autres capitales européennes, environ cent mille manifestants ont défilé à Londres le samedi 21 octobre en soutien à Gaza et en solidarité avec ses victimes. Aux Pays-Bas, des manifestations nocturnes sont organisées quotidiennement devant la gare centrale d’Amsterdam pour un cessez-le-feu immédiat afin de réduire le nombre de victimes.

Malgré le fait que la solidarité ait été la première motivation incitant les gens à descendre dans les rues, la demande immédiate de cessez-le-feu est devenue la principale revendication depuis l’augmentation du nombre de victimes civiles. Les manifestants exercent une pression sur leurs gouvernements pour prendre une décision commune en faveur du cessez-le-feu et pour arrêter l’exportation d’armes vers Israël, car nous observons comment ces armes sont utilisées contre les civils et les enfants. Au moment où nous écrivons ces lignes, le nombre d’enfants parmi les victimes a atteint 3275, selon le ministère de la Santé palestinien.

Nous ne pouvons pas oublier Washington, qui a connu la plus grande manifestation depuis le début des événements le 7 novembre. La communauté juive était présente de manière marquante, abordant le slogan Not In My Name “Pas en mon nom”, exprimant ainsi que ce qui se passe en Israël et les actes violents perpétrés par l’Etat ne sont pas liés à la religion juive. Au contraire, les Juifs rejettent de tels comportements et refusent le meurtre d’enfants et le déplacement forcé des familles de leurs foyers.

Cet article a abordé les principales manifestations de solidarité dans les rues, mais il est important de ne pas oublier que chaque jour, des diplomates et des politiciens font également des appels en faveur de l’arrêt des effusions de sang, et ils paient parfois le prix fort pour ces revendications, risquant même la perte de leur emploi.

N’oublions pas non plus les campagnes de boycott prônées par des militants du monde entier, appelant au boycott des produits qui soutiennent l’Etat d’Israël. La guerre économique est étroitement liée à la guerre sur le terrain. Cesser de soutenir leurs produits signifie ne pas contribuer à verser le sang des Palestiniens.

Il suffit de jeter un regard plus large sur ce qui se passe autour de nous pour nous positionner aux côtés des opprimés sans que cela ne soit considéré comme un crime. Nous ne devons pas seulement exiger un cessez-le-feu, mais également revendiquer le droit des Palestiniens à leur terre et à leurs maisons dont ils ont été contraints de fuir.

La solidarité internationale représente une forme de résistance et une manière de préserver les droits des peuples.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici