Non à la guerre en Ukraine !

Déclaration du courant international Socialisme ou Barbarie, 23 février 2022.

0
25

Déclaration du courant international Socialisme ou Barbarie, 23 février 2022. Disponible en espagnol et en portugais.

Poutine et les troupes de l’OTAN hors du sol ukrainien !
Libre autodétermination de son peuple !

Nous voyons en temps réel comment le territoire ukrainien risque d’être déchiré par une guerre impérialiste. Poutine vient d’envoyer des troupes dans le Donbass (Donesk et Lugansk) et l’OTAN collabore avec le gouvernement néolibéral de Kiev. Une guerre impérialiste au cœur de l’Europe est un réel danger !

Le peuple ukrainien et sa longue et pénible histoire au cours du 20e siècle peuvent redevenir des victimes du déclenchement d’une guerre réactionnaire qui n’a qu’une seule motivation : à quel camp impérialiste se soumettre.

D’un côté, l’OTAN, avec les États-Unis en tête, de l’autre, la Russie capitaliste d’État de Poutine. L’indépendance, la souveraineté et la liberté du peuple ukrainien peuvent devenir les victimes d’une guerre imminente en mourant pour une cause qui n’est pas la leur (ni Biden ni Poutine n’expriment d’élément émancipateur, évidemment).

Les presses pro-occidentales et pro-russes mènent une campagne hystérique pour apporter de l’eau à leur moulin, pour justifier leurs gouvernements. En Occident, on agite cyniquement l’épouvantail selon lequel il s’agirait d’une confrontation entre « démocratie et dictature »… En Russie, on brandit la « défense des valeurs de la Mère Russie contre l’Occident dégénéré »…

L’OTAN, qui a bombardé et subjugué l’Irak et l’Afghanistan ces dernières années seulement, est présentée comme le camp de la « démocratie » ; la Russie, qui a récemment écrasé les manifestations des travailleurs du pétrole au Kazakhstan, l’ancienne Biélorussie, la Géorgie, etc. comme celui de la « souveraineté ». Derrière la fureur de ces campagnes, tout un peuple de plus de 40 millions d’âmes est victime d’intérêts qui lui sont étrangers.

Comme nous l’avons dit dans notre déclaration précédente :

« La lutte pour l’autodétermination du peuple ukrainien contre les puissances étrangères a des siècles d’histoire.

Après la révolution russe de 1917, dans les premières années, le vent de la liberté et de la coopération a soufflé parmi ces peuples d’Europe de l’Est. Tant que les bolcheviks ukrainiens, avec Rakovsky à leur tête, gouvernaient le pays, la perspective d’une Ukraine autodéterminée semblait une possibilité bien réelle. Cela s’est toutefois produit pendant les années sanglantes de la guerre civile contre la contre-révolution. C’est également là que les forces paysannes anarchistes de Makhno, qui adoptaient une position ambiguë vis-à-vis de la révolution (soutenant soit les bolcheviks, soit les forces contre-révolutionnaires), étaient actives.

Cette histoire a été interrompue par la politique de la contre-révolution stalinienne. D’abord en revenant aux politiques de soumission directe à Moscou après la destitution de Rakovsky (on l’appelait « le Lénine ukrainien »), puis en écrasant l’organisation des communistes ukrainiens, Staline a imposé le désastre de la « collectivisation forcée ». Cette politique a conduit à ce que l’on appelle aujourd’hui le « Holomodor », une terrible famine qui a fait des millions de morts au début des années 1930.

La bureaucratie de Moscou a ainsi gagné la haine des masses paysannes ukrainiennes, qui l’ont identifiée à la révolution elle-même et au « communisme ».

Avec la Seconde Guerre mondiale, une partie importante de la petite bourgeoisie rurale de l’ouest du pays a soutenu l’intervention nazie. Mais leur sympathie sont de courte durée : la politique raciste d’extermination et d’asservissement des nazis met rapidement fin à leurs illusions sur l’intervention (l’Ukraine est le théâtre de massacres de la population juive et de Babi Yar en général, où 30 000 personnes sont tuées en une journée entre le 29 et le 30 septembre 1941).

Dans la période d’après-guerre, la partie orientale du pays a été largement industrialisée. Ainsi, cette région (plus russifiée que l’ouest) était la région la plus ouvrière de toute l’Ukraine. Ses liens économiques et culturels avec la Russie et l’URSS étaient beaucoup plus forts, tout comme ceux de la Crimée. Mais ce qu’il n’y a pas eu – grâce au stalinisme – c’est une Ukraine avec le droit à l’autodétermination nationale (la grande oppression russe est restée).

De longues années ont passé et la restauration capitaliste est passée ».

Aujourd’hui, l’Ukraine est une zone d’influence contestée entre l’Union européenne et l’OTAN et la Russie capitaliste, qui aspire à retrouver sa place de puissance mondiale.
Les dissensions internes de l’Ukraine ont une longue histoire. Il a toujours été difficile de reconstituer le puzzle où s’est construite une conscience nationale qui s’est exprimée au sein de l’intelligentsia et des masses les plus pauvres ; un sentiment d’appartenance qui ne peut être piétiné pour toute perspective émancipatrice. Malheureusement, aujourd’hui, elle peut devenir le terrain d’une guerre entre des camps impérialistes ayant un seul objectif : être l’oppresseur incontesté du pays.

L’ouest du pays a historiquement été plus paysan et plus hostile à la Russie ; plus idéologiquement réactionnaire. Il a donc été le protagoniste de l' »Euromaidan » (le soulèvement réactionnaire de Kiev, en 2014), qui exigeait un alignement direct sur l’Occident. L’Est, notamment le Donbass, a une tradition plus ouvrière et industrielle, et une plus grande appartenance à la Russie (les russophones sont majoritaires). Toutefois, des groupes d’extrême droite pro-Poutine ont également opéré dans leurs régions.

Malgré les « accords de Minsk » (2015), censés être pacificateurs, la confrontation entre les régions est de plus en plus polarisée. Avec l’arrivée au pouvoir à Kiev de gouvernements alignés sur le capitalisme néolibéral occidental, le débat sur l’avenir de l’Ukraine s’est déplacé des accords économiques avec l’UE vers un sujet plus dangereux pour Poutine : l’adhésion à l’OTAN.

Pendant ce temps, la région du Donbass a eu tendance à basculer vers la Russie, se vidant de tout contenu indépendant que son soulèvement initial de 2014 aurait pu avoir.
L’OTAN (Organisation de l’Atlantique Nord), fondée au plus fort de la guerre froide, est une alliance militaire dirigée par les États-Unis qui fait de tous ses membres des alliés automatiques. Ils ont été les protagonistes de presque toutes les aventures guerrières des États-Unis depuis leur fondation. Avec l’adhésion de l’Ukraine, le plus important pays d’Europe orientale limitrophe de la Russie, elle vise à acculer son ennemi potentiel à l’Est (notez que cette orientation n’est pas exactement celle de l’Allemagne et de la France, qui ont des intérêts et des liens économiques forts avec la Russie de Poutine, y compris dans le domaine du gaz). Outre l’adhésion déjà achevée des États baltes (anciennes républiques de l’URSS) et d’autres pays, toute la frontière occidentale de la Russie serait encerclée par les armes de l’OTAN.

Mais la Russie post-communiste de Poutine est aujourd’hui une puissance capitaliste qui prétend consciemment être un rival digne de ce nom ; c’est un État impérialiste émergent. Elle ne peut pas se permettre de perdre d’autres zones d’influence proches (au moment de l’unification allemande, George Bush avait promis à Mikhaïl Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’ex-URSS avant son explosion, qu’à part l’Allemagne unifiée, aucun autre pays d’Europe de l’Est ne rejoindrait l’OTAN, une promesse qui n’a évidemment pas été tenue…).

Pour ses projets expansionnistes, Poutine veut faire revivre l’idéologie nationaliste réactionnaire de la « Grande Russie », le prétendu « droit divin » de Moscou sur les territoires autrefois dominés par les tsars. Dans des déclarations récentes, il a nié la légitimité de l’existence de l’Ukraine en tant que telle, affirmant que « l’Ukraine était une invention des bolcheviks ». Lénine et ses associés ont commis un crime historique en divisant un territoire qui appartenait à l’Empire russe. »

Lénine est un ennemi idéologique de Poutine, bien sûr, parce qu’avec les bolcheviks, lors de l’étape révolutionnaire de l’ex-URSS, ils ont défendu avec acharnement le droit à l’autodétermination des peuples opprimés, droits piétinés par la suite par le fléau stalinien.
Face au danger d’être acculé, Poutine a pris la décision radicale de reconnaître les  » républiques populaires  » de Lougansk et de Donetsk comme des « États indépendants « … et d’ordonner immédiatement leur occupation par les troupes russes.

La presse mondiale a mené une campagne féroce et cynique des deux côtés, en fonction des intérêts en jeu dans chaque cas. Bien sûr, personne – ni à l’Ouest ni en Russie – ne s’intéresse aux intérêts bafoués du peuple ukrainien.

Au contraire, la bannière de la gauche révolutionnaire internationale doit être le rejet de la confrontation militaire pour des intérêts politiques et économiques impérialistes qui n’ont rien à voir avec les besoins du peuple ukrainien, qui souffrira énormément du déchirement militaire de son territoire par l’OTAN et la Russie.

Une guerre en Ukraine aujourd’hui n’est pas pour l’Ukraine, ni pour son peuple, ni pour ses travailleurs, ni pour sa jeunesse, ni pour son avenir, ni pour aucun des intérêts de ceux qui sont au fond : elle ne sera menée que dans l’intérêt des parties impérialistes rivales.

En souffrant dans leur corps et dans leur expérience de vie les morts et les destructions qui en découlent, le résultat sera – dans tous les cas – réactionnaire : l’assujettissement du peuple ukrainien à l’un ou l’autre pouvoir.

Le Courant International Socialisme ou Barbarie soutient qu’il n’y a et ne peut y avoir d’autre alternative que d’élever la voix des travailleurs du monde contre cette guerre réactionnaire : contre Biden, l’OTAN et Poutine et pour la libre autodétermination du peuple ukrainien.

Pas de guerre en Ukraine !

L’OTAN et les troupes de Poutine dehors !

Pour l’autodétermination libre du peuple ukrainien !

Mobilisation dans le monde entier et principalement dans les Etats impérialistes (États-Unis, UE et Russie) contre la guerre en Ukraine, pour la libre autodétermination de son peuple, pour le retrait des troupes impérialistes de son territoire et pour la dissolution de tous les pactes militaires y compris l’OTAN !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici