Déclaration du Nuevo MAS suite à l’investiture de Javier Milei

Déclaration du comité exécutif du Nuevo MAS, le dimanche 10 décembre 2023.

0
21

Ce dimanche 10 décembre 2023, Milei a été investi président de l’Argentine, un fait inédit pour une figure d’extrême droite. Il a constitué un conseil des ministres ultra-réactionnaire. Cependant, à l’heure actuelle, il n’est pas certain s’il pourra mener à bien un agenda d’extrême droite jusqu’au bout.

Pour sa part, le péronisme n’a fait aucun geste de différenciation ou de délimitation politique. Le gouvernement sortant a validé l’investiture institutionnelle de Milei sans aucun geste de répudiation. Cristina Kirchner, qui avait refusé de passer l’écharpe présidentielle à Mauricio Macri en 2015, a été la « maîtresse de cérémonie » lors de l’assomption de Milei. L’arrivée au pouvoir de l’extrême droite est donc validée au niveau institutionnel avec la complicité visible du péronisme. Il s’agit d’une trahison historique : le péronisme a permis l’accès au pouvoir d’un président d’extrême droite en restant imperturbable.

Javier Milei a fait une allocution devant le palais du Congrès à Buenos Aires en face d’un petit rassemblement des sympathisants. Une mobilisation qui est restée très limitée malgré les exagérations médiatiques. La présence des chefs d’Etats étrangers a été faible, au-delà de certaines figures de l’extrême droite internationale, notamment Jair Bolsonaro, ex-président du Brésil, interdit de participer aux élections brésiliennes jusqu’en 2028. 

Lors de son discours, le président argentin a fait l’annonce d’un plan d’austérité budgétaire féroce contre la classe ouvrière. D’une façon démagogique, il essaie de justifier ses attaques, comme des mesures contre « la caste » et « les politiciens ». L’ajustement économique visera d’abord les travailleurs de l’Etat. Ils seront les premiers concernés par les mesures de Milei. Tous les autres secteurs de travailleurs seront également affectés par les mesures de dévaluation du peso, du shock d’austérité, de l’arrêt du financement à la réalisation de travaux publics, entre autres. 

Le libertarien a également menacé les mouvements de chômeurs (les piqueteros), notamment ceux qui maintiennent une position d’indépendance politique. Milei a promis de retirer les aides sociales de ceux qui participent à des manifestations ou des blocages de rues. 

Évidemment, il y a une distance entre les paroles et les faits. Le gouvernement arrive au pouvoir avec un score électoral exagéré par le ballotage. Les travailleurs et travailleuses vont faire une expérience avec le plan de shock de Milei. Ceux d’en bas participeront inévitablement à l’organisation d’une riposte contre ses attaques. 

La tâche de l’heure actuelle est d’organiser la défense active de tous nos droits. Il faut répondre à chaque attaque avec la plus large organisation collective, avec le front unique et l’unité d’action, sans jamais faire confiance à la bureaucratie syndicale. Nous devons appeler à des assemblées générales, organiser l’avant-garde et mesurer à chaque étape les actions à faire contre les attaques à venir. Cette mobilisation devra se faire en dialogue avec l’expérience de très larges secteurs. Il est inévitable que chaque jour plus de travailleurs auront conscience du caractère profondément anti-ouvrier, anti-populaire et rétrograde de ce gouvernement. Le mouvement féministe et le mouvement étudiant devront faire de même contre les attaques aux droits des femmes et des LBGT+, et contre les attaques à l’éducation publique. 

Le Nuevo MAS déclare son opposition intransigeante au gouvernement de Javier Milei. Le parti propose la défense active de toutes nos conquêtes, de tous nos acquis et droits sociaux face à ce gouvernement ultra-réactionnaire, ennemi de la classe ouvrière, des femmes, des LGBT+, de la jeunesse et des retraités. Nous appelons à s’organiser dans tous les lieux de travail pour défendre nos acquis, pour l’exigence des négociations paritaires, pour l’augmentation des salaires et l’interdiction des licenciements. Les conséquences de la dévaluation commencent déjà à se sentir, mais elles seront encore plus graves après les premières mesures du ministre de l’économie Caputo.

La CGT et la CTA (NdT : les deux principales centrales syndicales du pays) doivent sortir de leur paralysie pour s’affronter à l’attaque brutale qui s’annonce. Nous n’avons aucune confiance dans les directions syndicales. Nous avons besoin d’exiger la préparation d’une grève générale active contre le nouveau gouvernement droitière. Pour construire cette grève, il est nécessaire de commencer à organiser des assemblées générales dans les lieux de travail.  

Le gouvernement de Javier Milei est une déclaration de guerre contre la classe ouvrière. La tâche de l’heure est d’organiser la défense active de nos droits.

 

Comité exécutif du Nuevo MAS, le 10 décembre 2023. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici